3 Questions à Antoine Maurice

Elu à la mairie de Toulouse et vice-président de Toulouse Métropole.

L’actualité nationale est plutôt brûlante pour les Verts avec la mise en cause d’une élue parisienne dans une affaire de blanchiment d’argent de la drogue. Comment réagissez-vous ?

Je dis que cela me concerne avant tout comme citoyen. Je suis attentif à cette affaire car soucieux de l’image de mon mouvement et des idées qu’il porte. Mais je suis également très soucieux de la présomption d’innocence, et je m’abstiendrai de faire tout commentaire sur le fond… J’en appelle surtout à la responsabilité de l’élu qui doit décider de sa démission ou non.

Pourquoi ne pas suivre Pierre Cohen sur le dossier du PDU (plan de déplacements urbains) ?

Nous avions approuvé le premier PDU présenté dès 2009, qui était celui de l’urgence et du consensus. Nous voulions alors porter un projet qui répondait à trente ans de retard. Pierre Cohen a souhaité revoir ce PDU avec l’argument du manque de financements, et en a présenté une nouvelle version en 2011 contre laquelle nous avons voté. Il ne répondait pas aux enjeux en réduisant massivement les investissements. Aujourd’hui nous choisissons de nous abstenir car depuis le début de l’enquête publique, il y a eu des évolutions, mais qui restent insuffisantes. Il manque encore de l’ambition.

Pour les Municipales, que vont faire les Verts ?

Cette décision revient au parti. C’est au groupe local toulousain de se déterminer. Mon sentiment est que Toulouse a besoin des écologistes, et est en demande d’écologie. En 2014, les écologistes feront entendre leur ambition !

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.