Severine Sarrat
Severine
Sarrat

Week-end performances

Les rencontres du Stade et du TFC resteront des matchs « références » pour les deux équipes. D’abord parce que les Toulousains sont parvenus à imposer leur jeu à leurs adversaires d’un jour, ensuite parce que la motivation et l’investissement étaient couplés aux talents et au collectif.

En proie aux doutes (aucune victoire à l’extérieur en Top14), les Rouge et Noir se sont pourtant rassurés en H-Cup après leur succès, 21-11, face aux Saracens dimanche dernier. D’ores et déjà qualifiés, ils visent maintenant un quart-de-finale à domicile, qu’ils iront chercher en Italie, en affrontant les Zèbres de Parme. Si cela ne devrait pas poser de problème sur le papier, attention toutefois aux matchs gagnés d’avance qui basculent et filent entre les doigts. Trop de confiance, tue la confiance ! Comme le dit si prudemment Guy Novès, « n’allons pas faire les idiots chez les Italiens ! » Mais ses hommes ont clairement démontré ce week-end qu’ils avaient retrouvé leur forme, leur vélocité et leur inspiration légendaires. Il serait, maintenant, à propos de reproduire ses bonnes intentions européennes en Top14, histoire de remonter sur le podium.

Du côté des Violets également, le week-end a été fructueux puisqu’ils se sont imposés 0-1, face à des Girondins de Bordeaux sur les dents. Même réduit à dix après l’exclusion de Spajic suite à un tacle dangereux, les hommes d’Alain Casanova ont dominé la partie. Mais si le capitaine Zébina a tendance à réjouir bien vite, j’émettrai quand même quelques réserves : ce n’est pas parce que l’on sort un match de haut niveau une fois, que tous les autres seront à son image. Cela étant dit, les Toulousains n’ont absolument pas volé leur victoire, ils sont allés la chercher avec la fougue et le talent dont ils peuvent faire preuve. Pour Zébina, « ça fait un bout de temps qu’on recherche l’efficacité d’un style de jeu. C’est une grande soirée. Il y a eu des bribes de signal l’année dernière mais c’était de temps de temps, ça disparaissait et ça revenait, il y a eu un bon gros signal à Nantes et là, contre une équipe qui est 5e, avec un effectif important, on a réussi à faire un match référence. » Effectivement, mais comme il le dit lui-même, attention à l’effet yoyo. La bonne nouvelle reste tout de même que le système de jeu en 3-5-2 commence à porter ses fruits, les joueurs semblent y être à l’aise, et surtout efficaces. Attendons donc les prochaines rencontres en espérant, effectivement, que Nantes était un déclic et que le TFC entame son ascension.

 

Séverine Sarrat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.