Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Vive la procrastination !

Une fois de plus, je suis en retard pour livrer ma chronique. Bien m’en a pris parce que, pêle-mêle, cela m’a permis comme à d’autres d’apprendre que la viande des lasagnes d’une certaine marque de produits congelés n’était pas celle annoncée sur l’emballage, que le pape renonçait à son ministère fin février et que les groupes armés terroristes du Nord Mali sont maintenant des djihadistes.

 

Donc les lasagnes au bœuf ne sont pas des lasagnes au bœuf mais au cheval. Le scandale éclate après que l’Agence sanitaire de Grande Bretagne a procédé à un contrôle inopiné et découvert la supercherie.

Et là on apprend que la viande provient de Roumanie, qu’il existe de multiples courtiers en viande, que les banques françaises se livrent aussi à de la spéculation sur les matières premières alimentaires et que l’agro alimentaire et en particulier la viande font l’objet de transactions financières au même titre que le pétrole, le blé ou les minerais. S’en étonner relèverait de la cécité, car notre société est une société hyper mercantile, mais ce qui est plus grave à mon sens, est que l’on nous ait vendu de la viande chevaline en lieu et place de la viande bovine et que donc il y a bien tromperie sur la marchandise.

On ne peut que s’étonner de la supercherie connaissant les contrôles sévères dont font l’objet les producteurs de manière générale, en France.

Les  produits incriminés vendus en Grande Bretagne et vendus aussi en France n’ont-ils pas fait l’objet de contrôles qualité en France aussi ? Comment est-il possible que les contrôles français n’aient pas détecté la tromperie ?

Au-delà ce cet aspect, et si je ne me trompe, le prix de ces produits incriminés (du fait de la marque) est conséquent et ne peut pas s’apparenter aux prix de la low food. Cela veut donc dire qu’il nous a été vendu au prix fort des produits dont la principale composante a été achetée à bas prix, renforçant ainsi les bénéfices des uns et des autres mais surtout pas celui des consommateurs. No comment !

Ce « JJ gate » (Joly Jumper gate) a été partiellement occulté par la prochaine « démission » du pape actuel d’ici quelques jours.

Ainsi donc le pape, considéré comme infaillible par l’église catholique, apostolique et romaine, souhaite rendre son tablier, à l’instar de son prédécesseur Grégoire XII qui sut se démettre pour permettre de résoudre la crise secouant l’église, la chrétienté étant alors divisée en 3 papes au XV° siècle (Avignon Benoît XIII, Rome Grégoire XII et Pise Jean XIII).

Nous avons appris que Benoit XVI considérait qu’il ne pouvait exercer son ministère « sa vigueur » physique et spirituelle « s’est amoindrie en (lui) d’une telle manière qu‘(il doit) reconnaître (son) incapacité à bien administrer le ministère qui (lui) a été confié (C lemonde.fr).

Benoît XVI rentre alors dans l’histoire (comme la reine Beatrix des Pays Bas qui a aussi annoncé son abdication sous peu) et il est à souligner le caractère exceptionnel et très digne d’un chef spirituel dont les prédécesseurs nous avaient plutôt donné l’image de s’accrocher au trône pontifical quoiqu’il en coûte. Benoît XVI nous présente l’image d’un homme sage, qui sait être atteint par une sorte de limite d’âge, ce dont beaucoup de personnes ici en France et notamment quelques politiques devraient s’inspirer.

Son pontificat a été marqué par des positions très contrastées entre sa fermeté dans la condamnation des actes de pédophilie dans l’Eglise et ses faiblesses vis-à-vis des catholiques intégristes notamment. De nombreux dossiers restent en suspens et il ne tiendra qu’à son successeur d’y apporter une réponse moderne de façon à faire (enfin) entrer l’église catholique de plein pied dans le XXI° siècle : mariage des prêtres, ordination des femmes, utilisation de la contraception, vision de l’homosexualité… Autant de questions de société que Benoit XVI a combattues ou occultées.

Pour terminer je ne résiste pas à citer une comptine destinée aux enfants : le pape est mort (ici s’est démis de ses fonctions). Un nouveau pape est appelé à régner (est appelé araignée). Araignée araignée ? Quel drôle de nom pourquoi pas libellule ou papillon ! je ne comprends pas…

 

Enfin on ne parle quasiment plus de l’intervention de nos forces militaires au Nord Mali pour combattre les groupes dits terroristes selon la dénomination gouvernementale. Les insurgés ont été chassés des principales villes du pays qui ainsi se trouvent débarrassées de l’application de la charia. Mais la situation reste assez préoccupante : les rebelles appliquent d’ores et déjà la technique de guerre des attentats suicides à Gao. Dès lors de groupes terroristes, nous apprenons maintenant qu’il s’agit de groupes djihadistes. Oh le scoop !

Dans le même temps, une fusillade a éclaté à Bamako entre soldats maliens. Des militaires lourdement armés ont ouvert le feu sur un camp de parachutistes, selon plusieurs sources. L’attaque aurait fait plusieurs blessés, rapporte un témoin. (Cf Slateafrique.com).

Les pays européens n’ont toujours pas envoyé de troupes pour soutenir l’action française et des troupes de pays africains sont déjà présentes.

Bref espérons que le Nord Mali ne devienne le bourbier afghan français.

 

Post scriptum : A moins de deux ans de l’échéance d’accessibilité du 1er janvier 2015, l’Association des paralysés de France publie la quatrième édition du baromètre de l’accessibilité (basé sur trois critères : Un cadre de vie adapté, noté sur 21 ;Des équipements municipaux accessibles, notés sur 20 ; Une politique locale volontariste, notée sur 21 afin d’évaluer le niveau d’accessibilité des communes de France. Il s’agit d’un classement des 96 chefs-lieux départementaux selon leur degré d’accessibilité. De manière générale, et une nouvelle fois, la moyenne nationale de l’accessibilité est en hausse. Elle atteint 13,2/20 en 2012.

Toulouse se classe 16° derrière Grenoble (1ere ville), Nantes (2°) ou encore Lille (5°), Lyon (6°) ou Bordeaux (7°), et je me plais à souligner trois points : tout d’abord Toulouse progresse et est passée d’une moyenne de 14,2 en 2011 à 15 en 2012, ensuite Toulouse est la première ville classée de Midi-Pyrénées et surtout Toulouse hérite de la note maximale en « Une politique locale Volontariste (noté sur 21) ».

Le volontarisme de l’équipe du Maire Pierre Cohen est ici reconnu, nationalement, sur la thématique de l’accessibilité.

Gageons que sur l’ensemble des compétences, de manière générale, le temps voulu, ce volontarisme soit aussi reconnu par les Toulousains.

 

Pierre-Nicolas Bapt

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.