Brice Christen
Brice
Christen
Le cynisme aggravé

Unité

« Il y en a qui contestent, qui revendiquent et qui protestent. Moi je ne fais qu’un seul geste, je retourne ma veste » chantait Jacques Dutronc en 1968, ne se doutant pas qu’en 2015 les Français le prendraient au pied de la lettre. Douze jours après les attentats de Charlie Hebdo, les chiffres tombent : François Hollande gagne 21 points pour remonter à 40% d’opinions favorables. Du jamais vu.

 

Sa courbe de popularité chutait depuis décembre 2012 encore plus vite qu’un Autrichien de chez Red Bull et on se demandait où s’arrêterait l’hémorragie. Il y a encore quelques mois, il était le président le plus détesté de la Ve République, l’idiot utile de tout un chacun et le peuple se complaisait à critiquer un homme qu’il a lui-même élu. Aujourd’hui tout n’est pas parfait, mais l’homme a désormais des épaules solides, un regard qui balaye l’horizon et une poigne de fer comme jamais il n’en a eue. C’est comme ça, le Français aime bien changer d’avis un jour sur deux au gré de ses humeurs et de la météo. Ce regain de popularité n’est en rien un phénomène isolé mais bel et bien un cas favorisé par les circonstances, comme ce fut le cas le 11 septembre 2001. Avant cette date, Georges W. Bush était considéré comme un crétin congénital, à côté de tout, en quelques jours il deviendra le sauveur de la planète et du monde libre face à la barbarie et l’empire du Mal. Comme quoi, malgré le sang, la sueur et les larmes, il y a des gens à qui profite le crime.

Il existe une maxime qui énonce que seuls les cons ne changent pas d’avis, mais à voir l’attitude des Français le jour de la sortie de Charlie Hebdo (le premier depuis les attentats) on ne peut qu’associer étroitement certains individus à ce qualificatif. Un énorme élan littéraire pour sauvegarder la liberté de la presse, me direz-vous ? J’aimerais y croire. Mais le fait que certaines scènes de violence entre clients et envers les buralistes puissent éclater, pas plus loin que dans le kiosque de mon quartier, me laisse à penser que beaucoup de ces énergumènes souhaitaient obtenir le précieux sésame, non pas pour le lire, mais par peur de ne pas briller dans une discussion à la machine à café ou pour embellir leurs étagères. Face à la rapide pénurie, certains exemplaires se sont arrachés à prix d’or sur le net alors qu’il suffisait d’attendre une semaine pour que tout le monde soit content. Il semblerait que certains soient plus cons que d’autres.

 

Heureusement, après l’élan national, les choses normales ont repris leur cours puisque la première grève post-attentats a eu lieu. Tout le monde s’attendait à une paralysie de la SNCF (pléonasme) mais ce sont les camionneurs qui ont entamé une grève ainsi qu’un blocage des honnêtes gens qui n’avaient rien à voir là-dedans. Une opération escargot a été mise en place ainsi que le blocage des routes les plus empruntées. Pour l’occasion, c’est Loana qui a été mobilisée en se couchant sur la chaussée : qui, mieux que l’ex star de pornographie aquatique pouvait symboliser le combat des poids lourds ? Gageons que cette action soit efficace et que la SNCF s’en inspire pour sa prochaine grève en couchant Frigide Barjot sur ses rails.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.