Stéphane Baumont
Stéphane
Baumont
Le Politique Show

Une rentrée à suspense

Désormais, à nos portes, chaque jour livre sa nouvelle tragédie. Ainsi le 28 août, 200 cadavres de migrants se sont échoués sur les côtes libyennes ; en Autriche et en Hongrie, découverte des corps sans vie de 71 personnes enfermés dans un camion abandonné. Au total plus de 30 000 personnes ont perdu la vie depuis 2000 en tentant de rejoindre l’Europe. Oui il est temps de hurler « Migrants : Europe, réveille-toi ! ». Il n’est pas de crise plus lourde de menaces pour la stabilité de l’Europe que celle qui se déroule à nos frontières. L’heure est à la mobilisation générale. Il faut prendre la mesure de la gravité du phénomène. Ce sont des solutions européennes qu’il importe de trouver avant de laisser les Etats-nations prôner des solutions indignes de l’Histoire, de l’identité et de la civilisation européenne. Aujourd’hui, pour reprendre Paul Valéry, « l’oscillation du navire a été si forte que les lampes les mieux suspendues se sont à la fin renversées ».

« La crise des migrants amène l’Europe à redécouvrir son âme ou à la perdre »

Et de laisser, pour le moment, sans réponse la question capitale, à l’heure de la crise chinoise : « L’Europe deviendra-t-elle ce qu’elle est en réalité, c’est à dire un petit cap du continent asiatique ? Ou bien restera ce qu’elle paraît, c’est à dire la partie précieuse de l’univers terrestre, la perle de la sphère, le cerveau d’un vaste corps ». Au risque de voir « la crise des migrants amener l’Europe à redécouvrir son âme ou à la perdre pour de bon ». C’est dans ce contexte que la politique française nous offre moins un climat de rentrée que d’ambiance de primaires déjà lancées à gauche comme à droite. D’un côté les déclarations d’Emmanuel Macron qui commence à faire de l’ombre à son Premier ministre, déclarant : « La gauche a pu croire que la France pourrait aller mieux en travaillant moins » s’attirant le recadrage de Manuel Valls : « Il n’y aura pas de remise en cause de la durée légale du temps de travail et des 35 heures » (en 2011 alors candidat à la primaire, il appelait à « déverrouiller les 35 heures ») ; réaction d’autant plus hypocrite que, selon l’INSEE les Français ne travaillent pas 35 heures mais 39,2 heures par semaine en moyenne en temps complet. Quant à la droite, c’est en quelque sorte une rentrée en primaire : les révisions référendaires de Fillon, la publication par Alain Juppé d’un livre “Mes chemins pour l’école”, le prochain séminaire de Bruno le Maire à Soustons ; Nadine Morano qui s’invite presque dans les primaires et Nicolas Sarkozy qui s’attire les foudres de Bernard Debré déclarant : « Il est attirant en maillot de bain mais est-ce que c’est de la politique ? » Bouillonnante cette fin d’été à droite ?

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.