Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

Un pour tous, ou tous contre un ?

Si l’un de nous était le dernier représentant de cette planète et qu’il devait décrire les difficultés de notre société, nous aurions tous une version différente et pas les mêmes responsables.

Édouard, 65 ans, retraité : « Les jeunes ne veulent pas travailler, normal, ils gagnent plus au chômage. C’est le résultat d’un gouvernement incompétent ». Jacques, 52 ans, commerçant : « Je ne suis pas raciste mais c’est toujours les mêmes qui foutent la merde. Si on les renvoyait chez eux, tout irait mieux ». Henri, historien, 54 ans : « L’Histoire nous apprend beaucoup sur notre société et sur nous-mêmes. Rien n’arrive par hasard, tout n’est que conséquences. » Hassan, 26 ans, chômeur : « Mes parents ont été parqués dans des cités avec d’autres étrangers. Que croyez-vous que cela a engendré ? » Anne, 40 ans, secrétaire : « Je ne sais plus ce que je dois inculquer à mes enfants pour qu’ils y arrivent dans leur vie, l’honnêteté ou la tricherie. »Paul, 36 ans, chef d’entreprise : « J’en ai bavé pour monter ma boîte, maintenant mes salariés me demandent de partager mes bénéfices. C’est le monde à l’envers. » Antony, 14 ans, collégien : « Un jour, je serai président et je ferai une loi qui oblige les gens à aider les plus pauvres. Comme ça, on prendra conscience de ce que vivent les autres. » Pascal, 29 ans, éducateur spécialisé : « Nous sommes comme ces jeunes sans repères, nous avons perdu la confiance en nos dirigeants, alors on fait n’importe quoi. » Max, 49 ans, SDF : « Les gens parlent de morale et de charité, mais ils passent sans me regarder. On en reparlera quand ils viendront s’asseoir à côté de moi. » Marie, 88 ans, en maison de retraite : « J‘ai connu la guerre et rien n’est plus horrible, tout ne va pas si mal croyez-moi ! »

Si deux personnes s’assoient face à face à la même table et qu’ils détaillent ce qu’ils voient au-delà, l’un décrira la cheminée et l’autre la fenêtre qui donne sur le jardin. Le point de vue de chacun dépend donc de l’endroit où il se trouve. Il en va de même pour nos opinions, elles dépendent de l’Histoire, du niveau de connaissance et de la position sociale de chacun. Cela ne veut pas dire que nous sommes dans l’erreur, mais que nous ne pouvons voir qu’une partie de la réalité qui nous entoure. En croisant nos regards, à travers la curiosité, la connaissance et l’échange, nous pourrions approcher de la vérité universelle qui nous lie.

Kant, philosophe allemand : « Agis toujours de telle sorte que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin et jamais simplement comme un moyen. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.