David Saforcada
David
Saforcada
bonapartiste

Un portique, ça n’arrête ni les balles ni les bombes…

Samedi, j’ai regardé le débat des régionales sur France 3 Toulouse. Depuis, je m’interroge sur l’idée, la proposition, faite par Les Républicains mais aussi par DLF, d’installer des portiques de sécurité et des caméras à l’entrée des lycées. Non pas que j’y sois opposé, bien au contraire, mais parce que je serai tenté de dire « et puis ? »…

En effet, un portique c’est bien, une caméra c’est joli, les deux sont utiles, mais ces dispositifs le sont encore plus s’il y a des personnes compétentes autour. M Novès (LR, maire de Balma) parlait d’un chiffrage autour des 3 millions d’euros, concernant les portiques, pour tous les lycées, mais je présume qu’il faisait allusion uniquement au matériel et donc quid du personnel ? En effet, qui dit portique de sécurité, dit personnel de sécurité à moins que l’on ne demande au “bon vieux concierge” ou personnel d’entretien de faire office d’agent de sécurité. Il faut donc des agents de sécurité pour le fonctionnement d’un filtrage efficace, et ensuite ? M Novès ne le sait peut-être pas, d’ailleurs l’on se demande si tous le savent, mais ce n’est pas un portique de sécurité qui arrête quiconque veut attaquer un établissement quel qu’il soit, donc stop à l’enfumage…

Donc une fois que l’on a parlé caméras, portiques, comme le font si bien M. Noves ou M. Arsac (qui sont de la même étiquette politique locale) il faut parler de l’essentiel, c’est-à-dire l’humain.

Je ne vois pas les forces de sécurité, police ou gendarmerie voire même l’Armée, laisser à demeure un binôme dans chaque lycée. Donc il faut du personnel, compétent et formé, pour assurer une sécurité minimale couplée à la technologie. Sociétés privées, nouvel emploi au sein de l’administration ? Quelles compétences pour ces agents de sécurité ? Quelles règles d’engagement avec quels moyens ? Création d’une nouvelle “strate” régalienne de la sécurité après l’État et les communes (j’y suis opposé) ?

Voilà jusqu’où il faut aller dans la réflexion…

L’on peut faire des discours, l’on peut faire du chiffrage, mais il ne faut jamais oublier que la sécurité ne souffre d’aucune approximation si l’on veut qu’elle soit efficace. Rien ne remplacera l’Homme, il faut donc faire en sorte que celui-ci soit au cœur de la démarche ‘’sécurité’’ avec des moyens permettant de ‘’jouer’’ au minimum à égalité avec ceux d’en face.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.