Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Un pétrole au prix frelaté !

Pas d’accord sur le prix du pétrole : la majorité des experts nous explique que c’est une catastrophe parce que ce prix baisse. Et bien non !

S’ils voient ce désaccord comme un échec, réjouissons-nous. Ont-ils oublié que l’économie doit autoriser la satisfaction des besoins en services et produits de la plus large majorité ? Ils ne nous diront pas que notre pouvoir d’achat sera en hausse et que l’adaptation des prix est logique. À revenu constant, une baisse de prix assure au consommateur d’accroitre ses capacités d’achat et au producteur d’atteindre plus de consommateurs. Une baisse des prix signifie que le marché reprend l’avantage sur les faiseurs d’illusions : les rentiers, État compris, sont contraints de faire des efforts et le citoyen consommateur/producteur cesse d’être leur victime expiatoire. Et oui, l’économie n’a jamais été, ne peut être et ne sera jamais un long fleuve tranquille.

« Une baisse de prix assure au consommateur d’accroitre ses capacités d’achat »

Une économie saine place la concurrence comme condition essentielle à la recherche du bonheur de tout être humain. La concurrence associée au libre arbitre est l’antithèse de la corruption économique par le monopole gouvernemental. Une baisse de prix est à considérer comme une condition normale de l’évolution qualitative et quantitative de la production en biens ou services. Bien sûr que chacun recherche une rente. Mais seule la rente accordée par le marché, et donc par la concurrence grâce aux échanges libres et volontaires de produits et services, est légitime.

Admettre un « accord sur le prix du pétrole », c’est sombrer sans le voir dans la légalisation de la corruption. Comment laisser des pays mettre en place un cartel ou une mafia du pétrole sans réagir ? Toute entente sur les prix est une extorsion de fonds par destruction de la libre concurrence. Et parce que ce sont des États, nous devrions laisser faire ? L’État de droit se devrait pourtant de traduire en loi toute nuisance à autrui. Cette situation ne fait que confirmer que la quasi-totalité des gouvernants de la planète est corrompue ou incompétente.

Heureusement que les lois naturelles, trop méconnues du grand public, rattrapent systématiquement la société des hommes, même si ces derniers ne veulent pas en tenir compte dans leurs actions. Et si un accord avait vu le jour ? Ce n’est pas au prétendu échec médiatique auquel nous aurions assisté, mais à l’arrivée plus rapide du fiasco économique. Car n’oublions jamais que les crises mondiales ont toujours pour origine la corruption des lois naturelles. À l’homme de les découvrir !

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.