Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Ubu, ROI ? Non, Ubu RSI !

Alors que la classe politique s’est trouvé une autre occupation en repoussant le traitement des méfaits du RSI, Régime soviétique, pardon, social des indépendants, l’économie continue de vaciller. C’est vrai que terroriser les entrepreneurs n’entrainera pas la surchauffe économique !

Car pour l’instant, la seule action concrète des clairvoyants élus a été de menacer par la loi (amende et emprisonnement) les individus qui auraient la stupide idée de ne plus s’affilier et/ou de ne payer aucune cotisation au RSI.

Un bras de fer juridique est engagé : des indépendants quittent le RSI, s’affilient et cotisent à un autre régime de sécurité sociale… européen, en accord avec la loi française qui découle de la loi européenne, loi qui n’oblige pas de s’affilier à « LA » sécurité sociale « française ».

Le but des gouvernants ? Gagner du temps pour protéger leur propre paradis fiscal et faire passer les indépendants pour des analphabètes. Qu’arriverait-il à un entrepreneur renouvelant plus de deux fois un CDD ? Pourtant une ministre du Travail, en montrant une désinvolture sur ce sujet, est restée en place au lieu de démissionner. Après une telle bourde, est-elle bien légitime pour réformer le Code du travail et être l’interlocutrice des indépendants. Comme nul n’est censé ignorer la loi, demandons aux parlementaires de ne garder que les textes qu’ils connaissent !

« Les entrepreneurs sont priés d’être des esclaves »

J’aurai l’occasion d’aborder dans d’autres chroniques l’aberration des revenus, pardon des indemnités, de nos chers ‘’politiciens’’. Quand ils ravivent le respect des valeurs de la République, ils devraient commencer par balayer devant leur porte. Mais là n’est pas le sujet même si ici on peut affirmer qu’un indépendant se verra sanctionner pour fraude au moindre écart comptable à l’année sur de l’argent gagné dans des échanges honnêtes et libres. C’est très loin d’être le cas des élus.

Ubuesque ? Oui, nous nageons en pleine comédie du pouvoir où les entrepreneurs sont priés d’être des esclaves. Solidarité ? Non. Si un indépendant ne peut déclarer aucun revenu annuel, il devra cependant s’acquitter de cotisations RSI. Aucun trimestre de retraite ne lui sera validé. Un parlementaire, qui n’acquitte qu’une modeste cotisation durant les 5 ou 6 ans de mandat sur ses indemnités, se verra attribuer une confortable retraite fixe supérieure à celles qu’obtiendront une majorité d’indépendants par la répartition.

À force de prendre les gens pour des idiots en créant des injustices, la société ne peut que basculer dans la violence.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.