Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

Trois perles et un visage

En pleine nuit sur l’autoroute, Katy lutte contre la fatigue en conduisant sa voiture. À côté, Juliette dort la bouche ouverte ; il y a moins d’une heure, elles étaient sur scène. 400 km les séparent encore de leur prochaine prestation. Déjà sur place, Clarissa les attend pour répéter en début de matinée. Les sœurs Donou sont trois perles d’un même collier aux sourires éclatants. Chanteuses, danseuses et comédiennes, elles envoûtent par leurs plastiques et leurs talents, tous ceux qui posent le regard sur elles. 3h du matin, le véhicule entre brutalement dans l’hiver par un épais rideau de neige qui n’en finit pas de tomber. Rythmés par les balais d’essuie-glaces, les flocons se jettent sur le pare-brise en réduisant considérablement la visibilité. L’enseigne d’une station-service apparaît dans un halo de lumière affaiblie, Katy s’y dirige comme téléguidée. Après avoir réanimé Juliette, elles se rafraîchissent et boivent du café. Les yeux dans le vide, Katy repense à sa dernière nuit passée dans une chapelle transformée en chambre d’hôte. Elle est sûre qu’il y avait une présence au pied de son lit, ses respirations étaient lentes et rocailleuses et semblaient émaner d’outre-tombe.

« Je me suis endormie au volant ! »

Et puis il y a eu cette vision d’horreur dans la glace de la salle de bains, elle a vu par transparence un visage monstrueux prendre sa place quelques secondes. 4h10, elles reprennent la route, seule dans le silence Katy soupire en regardant Juliette qui s’est rendormie ; le chemin est encore long. Projetée, élevée, rabaissée puis balancée d’arrière en avant sans rien pouvoir distinguer, Katy agrippe sa sœur en criant « réveille-toi ! » Quand tout s’arrête enfin. Désarçonnées elles descendent de l’auto accidentée en s’observant. Juliette demande « ça va ? » Katy répond « je me suis endormie au volant ! ». Ne sachant où aller, elles décident de se mettre à l’abri dans la voiture pour réfléchir. À peine installées, un énorme camion les évite de justesse, au point de les secouer en les frôlant. En voyant s’éloigner les feux rouges arrières du poids lourd, elles prennent conscience qu’elles sont sans lumière et au milieu de la route. Affolée, Juliette sort en courant et monte au hasard sur des blocs de béton à proximité en hurlant « aidez-nous ! » Katy la rejoint, « mais calme-toi, je vais téléphoner et l’on va venir nous chercher ok ? » Grelottantes l’une contre l’autre sous le pilier d’un pont en attendant les pompiers, Katy se glace d’effroi en reconnaissant la figure morbide du miroir, taguée juste à côté d’elle. « Tu viens Katy, voilà les secours ! »

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.