Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Transition énergétique : régression socio-économique !

Le monde politique actuel est obnubilé par une « transition énergétique » qui serait d’utiliser ce que la nature nous offre depuis des millions d’années : le vent ou le soleil. Les idiots d’ingénieurs n’ayant pas eu la capacité d’exploiter ces inépuisables ressources énergétiques, place aux politiciens omniscients pour épuiser… nos ressources financières !

Le vent et le soleil sont connus depuis la nuit des temps scientifiques. Leur faible rendement énergétique aussi. Mais, grâce au droit de l’état à imaginer des lois et de la fiscalité, le politicien devient le cador de l’énergie gaspillée ! Au lieu de nous situer dans le progrès de la Société humaine, nous subissons la coercition étatique, c’est à dire l’abus de pouvoir de quelques hommes ayant reçu l’onction divine d’une urne électorale. Est-il raisonnable de laisser une majorité disposer de la volonté des minorités ? Cette majorité est-elle si « éclairée » pour abandonner le libre arbitre de chacun à des représentants qui utilisent les peurs irrationnelles pour conquérir et se maintenir au pouvoir ? Vous le croyez ? Je suis persuadé de l’inverse : plus un groupe accroit ses adeptes à son idéologie, plus le scientisme progresse, plus il devient facile à manipuler !

 « L’intervention politique fausse les prix et paupérise les populations »

Le droit naturel indique que chacun doit être garanti d’utiliser l’énergie de son choix soit en la payant à sa valeur de marché aux producteurs soit en étant son propre fournisseur. La concurrence assure le juste prix sur le marché et freine les abus : elle est la régulation. L’intervention politique fausse les prix et paupérise les populations : elle est le moteur de la corruption. Si nous avions un véritable choix rationnel individuel à effectuer entre diverses formes de production, le coût de l’énergie aurait bien du mal à s’envoler, ainsi que la fiscalité qui amplifie toute différence de prix.

Loin de moi de brosser une stratégie économique sur l’énergie en une chronique. Mais si des citoyens veulent se contenter d’utiliser les énergies naturelles, pourquoi pas ? A eux d’en supporter le vrai coût de production. Il est particulièrement scandaleux que des politiciens puissent s’arroger le pouvoir de faire financer le surcout économique d’une énergie par d’autres énergies. Ce n’est pas aux autres de supporter les conséquences de ses choix ou de décisions politiques arbitraires.

Car dans tout domaine, le progrès de la Société humaine ne peut se faire qu’avec la liberté, sans oublier de lui adjoindre son corollaire indissociable, la responsabilité.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.