Stéphane Baumont
Stéphane
Baumont
Le Politique Show

Todd n’est pas Charlie

 

Quatre mois après la manifestation post-attentats, un événement éditorial, au meilleur sens du terme vient occuper, à juste raison, les rayons des bibliothèques et des librairies. Il s’agit du livre de l’historien-démographe Emmanuel Todd auteur de “Qui est Charlie ?”. Un livre réquisitoire contre une France patrie de bonne conscience qui a fait sécession de son monde populaire. Ce livre vient au moment opportun. C’est un réquisitoire contre le hollandisme, contre un épisode de “fausse conscience” (Marx) d’une ampleur formidable. Ce que Todd voit avec sa capacité provocatrice, ce sont des millions de somnambules “se précipiter derrière un président escorté par tous les représentants de l’oligarchie mondiale pour la défense du droit inconditionnel à piétiner Mahomet”. Et de dénoncer le faux unanimisme surmédiatisé, car ce jour-là “le monde populaire, les jeunes de banlieue, les ouvriers de province n’étaient pas Charlie”. L’ensemble du réquisitoire, lancé à une France inégalitaire et autoritaire “en sécession totale avec son peuple” veut illustrer le fait qu’il n’y a pas eu de “salutaire sursaut collectif” mais une “perte de sang-froid de la part du pays”. Et l’auteur d’asséner des vérités qui font mal à celles et ceux dont l’imaginaire était un mélange de 1944 et de 1789. Au contraire pour E. Todd “un simple coup d’œil à de tels niveaux de mobilisation évoque une pure et simple imposture”. Il y a, en effet, poursuit l’historien-démographe, “une quantité innombrable de gens qui ne savaient pas ce qu’ils faisaient là le 11 janvier”.

« La France qui est aux commandes ,c’est la France qui était anti-dreyfusarde »

Et de par ses études démographiques et économiques l’auteur nous explique – comme dans son “Mystère français” – que “ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, que les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème”. Et de s’attacher à définir ce qu’il appelle une “néo-république qui n’aspire à fédérer que sa moitié supérieure éduquée, les classes moyennes et les gens âgés”… Il y a là à l’œuvre une formidable dynamique d’exclusion : exclusion des électeurs du FN, exclusion des ouvriers, exclusion des enfants d’immigrés qui ne sont pas venus manifester. Et d’ajouter, volontiers caricatural : “La France qui est aux commandes, c’est la France qui était antidreyfusarde, catholique, vichyste”… Ce qui stupéfie les gens, asséné ainsi ! Et de nous offrir, désormais très en verve que “François Hollande est un catholique zombique typique avec un père catholique d’extrême droite et une mère catholique de gauche”… prouvant que notre système politique est complètement détraqué. Voilà donc venu le temps “d’être CHARLIE” autrement, de ne pas regretter l’émotion et le rassemblement du 11 janvier et d’être convaincu que la prochaine présidentielle se jouera à l’aune des déclarations et chroniques, des discours des hommes et des acteurs politiques. En sachant peut-être dès maintenant, qu’au-delà des préparatifs de pré-campagne, c’est l’idéologie qui pourrait reprendre les rênes d’un paysage politique auquel les français voudraient, en “amoureux” de la politique qu’ils sont, donner un sens, pour que la démocratie existentielle soit enfin une réalité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.