Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

TERRA NOVA : LE CIMETIERE DE LA GAUCHE …

“Il n’est pas possible aujourd’hui pour la gauche de chercher à restaurer sa coalition historique de classe : la classe ouvrière n’est plus le cœur du vote de gauche, elle n’est plus en phase avec l’ensemble de ses valeurs, elle ne peut plus être comme elle l’a été le moteur entraînant la constitution de la majorité électorale de la gauche. La volonté pour la gauche de mettre en œuvre une stratégie de classe autour de la classe ouvrière, et plus globalement des classes populaires, nécessiterait de renoncer à ses valeurs culturelles, c’est-à-dire de rompre avec la social-démocratie.”

 

Ainsi parla en 2011 Terra Nova, principal « think tank », qu’on pourrait traduire « boite à idées » du Parti socialiste. Manque de chance c’est en lançant sa campagne en s’auto-désignant « ennemi de la finance », donc bien loin de la social démocratie, que François Hollande gagna la présidentielle, le reste se résumant au rejet de Nicolas Sarkozy…

 

Deux ans plus tard, et une politique purement social-démocrate mise en musique par le même François Hollande sur le même laps de temps, les municipales arrivèrent et on comprit alors que Terra Nova avait été soit prémonitoire soit incantatoire selon qu’on soit ou pas médisant…

 

En effet, les municipales ont été une déroute pour la gauche et, pire, nombre de ses principaux bastions électoraux situés dans les quartiers populaires sont passés à droite voir au Front national. Cet état de fait a été confirmé lors des élections départementales en attendant les régionales de décembre prochain…

 

Que reste t’il de la ceinture rouge qui entourait la ville de Paris ? Rien ou presque. Quand la gauche, Parti Communiste en tête, avait dans son escarcelle 36 communes sur 40 en 1977 dans la Seine Saint Denis, banlieue populaire s’il en est, c’est aujourd’hui la droite qui dispose de 21 communes sur 40 dans ce département.

 

A Marseille, ville comportant nombre de quartiers populaires, la gauche a gagné lors des municipales de l’an dernier un seul secteur sur les 8 que compte la ville, ce secteur est d’ailleurs resté à gauche du fait d’une triangulaire PS-UMP-FN, la gauche ne réalisant qu’un peu plus de 45% des voix. L’autre secteur des quartiers nord est passé dans les mains du Front national, également suite à une triangulaire, FN et UMP totalisant plus de 67% des voix !

 

Comment droite et FN peuvent ils réaliser plus des deux tiers des voix dans ces quartiers alors qu’il y a encore quelques années on parlait de « quartiers populaires » dans lesquels habitait le « peuple de gauche » ? Tout simplement parce que la gauche a abandonné les classes populaires. Serge Moati, homme de gauche, a parlé du « boboïsme tragique » de cette même gauche qui a réalisé d’excellents scores dans les quartiers bobos de Paris ou de Lyon, villes bourgeoises devenues depuis une vingtaine d’années des bastions du Parti socialiste. Pire pour les électeurs de ces quartiers, elle a totalement abandonné le social pour ne se consacrer qu’au sociétal.

 

Oui la gauche a abandonné les classes populaires. Et avec Terra Nova comme pourvoyeur d’idées, ce n’est pas demain qu’elle va les reconquérir…

En exergue : « Oui la gauche a abandonné les classes populaires »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.