Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Stratégies, petits jeux et magouilles : ça suffit !

La droite et le centre toulousains semblent définitivement prisonniers de luttes, de guerres internes, qui tournent parfois au ridicule… En 2010, Jean-Luc Moudenc et Christine de Veyrac s’étaient déjà livrés à une bataille parfois à la limite des lignes du terrain, pour prendre le contrôle de l’UMP. Il reste aujourd’hui de cet épisode, des plaies toujours non refermées… Rebelote aujourd’hui à l’UDI. Dans quelques semaines les militants hauts-garonnais de l’entité centriste vont devoir voter afin de désigner leur équipe dirigeante. Force est de constater qu’à l’approche de ce scrutin, important stratégiquement en vue des municipales, le match de Veyrac/Moudenc reprend de plus belle, mais donc cette fois-ci à l’UDI. Si Christine de Veyrac a été désignée par le national comme chef de file centriste pour les municipales, Jean-Luc Moudenc (de son côté investi depuis peu par l’UMP) peut compter sur un certain nombre de soutiens au sein de l’appareil local de Jean-Louis Borloo. Des soutiens qui ont même désormais un leader en la personne de Jean-Jacques Bolzan, ce dernier ayant rallié il y a quelques jours la cause de l’ancien maire. Parmi ces personnalités citons en vrac Jean-Michel Lattes (Parti Radical), Etienne Durand-Raucher (FED), Jean-Marie Belin et Alexandre Trillou (Alliance Centriste)…  Sans compter d’autres figures centristes locales qui plaident avant tout l’union avec les cousins de l’UMP, à l’instar de Gérard Follus (Nouveau Centre).

Partie d’échecs

Autant dire que la prochaine élection interne de l’UDI va donc s’apparenter à une partie d’échecs. Chacun avançant ses pions… Jean Iglesis, soutien indéfectible à Christine de Veyrac, souhaite continuer l’action intérimaire qu’il mène aujourd’hui en tant que coordinateur départemental. Le leader départemental du Nouveau Centre Jean-Pierre Albouy comptait lui contester ce rôle… Jusqu’à ce que la rumeur d’une candidature de Jean-Jacques Bolzan prenne corps. Iglesis et Albouy devraient donc finalement former un ticket pour empêcher l’entourage de Jean-Luc Moudenc de prendre d’assaut la citadelle UDI… Et ainsi continuer à soutenir la campagne de Christine de Veyrac. Le premier acte de cette triste pièce s’est d’ailleurs joué ce week-end au comité départemental d’Alliance Centriste. Le clan de Veyrac emmené par Hervé Boco, a tenté… et presque réussi un putsch sur l’équipe actuelle structurée autour de Jean-Marie Belin. Soyez-en sûrs, derrière les acteurs de cette pièce, s’est une nouvelle fois jouée en filigrane la pièce à succès « de Veyrac-Moudenc : Œil pour œil, dent pour dent »… Aujourd’hui la fédération 31 de l’Alliance Centriste est placée sous tutelle du national. Match nul, un partout… Balle au centre. On attend la suite !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.