Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

Selah Sue et Jamel Debbouze : Deux vrais talents

Reason“, c’est le deuxième album de Selah Sue ; après la (bonne) surprise de son premier album, elle était attendue pour ce nouvel opus… La magie allait-elle encore opérer ? Et la réponse est oui, trois fois oui !!! La “soul” de la jeune belge est toujours présente,  enrichie de variations étonnantes ;  il faut dire que le disque a été enregistré entre Londres, la Belgique, la Jamaïque et Los Angeles. Mais ce qui saisit, ce qui transporte chez Selah Sue, c’est sa voix, encore et toujours sa voix… On cite souvent à son propos les noms de Amy Winehouse ou Janis Joplin.,  c’est vrai qu’il y a une parenté mais la voix de Selah reste unique et incomparable… Et on entend, sur la chanson “Alive”, l’influence (fugace) de Lana Del Rey… À coup sûr, un des meilleurs albums de ce début d’année 2015 ! À écouter d’urgence !!

« Une réussite et une exception »

Jamel Debbouze a adapté le roman de Roy Davis, “Pourquoi j’ai mangé mon père” qui a été publié en 1960. Bien qu’ayant gardé la structure du livre, on ne peut pas dire que Jamel Debbouze ait réellement réalisé une adaptation… Il a plutôt investi le texte pour y imposer sa personnalité, ses idées… Le héros, Edouard, c’est Jamel, sans conteste !  “Pourquoi je n’ai pas mangé mon père“, c’est donc l’histoire trépidante d’Édouard, fils aîné du roi des Simiens, qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même… l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité… celle où on ne mange pas son père. On retrouve dans ce film la manière hallucinée qu’a Debbouze pour raconter des histoires, style qu’il avait déjà quand il faisait des sketches sur Canal + ! Il faut dire que dans la première partie du film, on est un peu perdu par le rythme… Puis on suit avec humour et tendresse les aventures d’Edouard…  La technique est parfaite, c’est la même qu’avait utilisée David Cameron pour Avatar, la “Motion Capture” qui permet d’enregistrer numériquement les mouvements d’acteurs réels.

Alors, si ce film est un film pour enfants, c’est une réussite et une exception dans le domaine des films d’animation dominés par Pixar / Disney.  L’humanisme du réalisateur est présent du début à la fin et sa fable sur la préhistoire lui permet de donner son avis sur les débats de la société moderne… Un spectacle à mettre sous les yeux de tous les enfants !

Merci Jamel !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.