Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

San Andreas et Ex-Machina : sombres futurs

 

Deux films cette semaine, deux films aux antipodes l’un de l’autre… Un blockbuster hollywoodien, efficace et nerveux et un huis-clos angoissant qui réfléchit sur l’avenir de l’intelligence artificielle…

Blockbuster assumé, “San Andreas” ne cache pas son statut de “film catastrophe”… XEt, évidemment  Le scénario est ultra simple et a dû être écrit sur un timbre-poste : Un séisme de magnitude 9 a lieu en Californie, un pilote d’hélicoptère de secours en montagne et la femme dont il s’est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de sauver leur fille unique.  On n’évite pas la bluette adolescente, ni les retrouvailles du couple séparé… Mais, il faut avouer l’efficacité de la réalisation et l’utilisation incroyable des effets spéciaux… Ici, la 3D est percutante et on reste souvent accroché à son fauteuil… Un film à conseiller aux amateurs du genre…

 « Les robots ont hanté bien des films »

Avec « Ex Machina », on est à l’opposé du film à grand spectacle ! Caleb, 24 ans, est programmateur. Lorsqu’il gagne un concours pour passer une semaine dans un lieu retiré en montagne, il découvre qu’il va en fait devoir jauger la première intelligence artificielle au monde qui prend la forme d’un superbe robot féminin. Le metteur en scène britannique, Alex Garland a réalisé un film passionnant et ancré dans la mythologie des robots… Car, les robots ont hanté bien des films de science-fiction qui n’étaient que le prolongement et l’adaptation de grands romans de Philip K. Dick ou Asimov… On plonge ici dans un film qui distille une angoisse réelle… Le héros, programmateur génial, est transporté par hélicoptère, dans un endroit cauchemardesque. Une maison souterraine sans fenêtre et ressemblant presque à une prison… Dans ce film, les androïdes sont féminines et séduisantes… Ce qui va entraîner des interactions que l’on n’avait jamais vues dans un film de science-fiction… Le film aborde d’ailleurs des thèmes assez philosophiques… Une scène fantastique nous montre le héros s’entaillant le bras avec un couteau pour vérifier qu’il n’est pas artificiel ! On retrouve aussi les thèmes chers à Stephen Hawking, sur l’autonomie et la suprématie potentielle de l’intelligence artificielle. Il faut dire que la réalisation est à la hauteur des projets. Les “robots” sont assez réalistes pour que l’on oublie rapidement tous les effets spéciaux… Le décor, les acteurs sont parfaits… On retrouve Oscar Isaac (vu chez les frères Cohen), inquiétant dans son rôle de manipulateur… L’androïde “Ava” est aussi extraordinaire dans tous les sens du terme… Un grand bravo à l’actrice Alicia Vikander qui l’interprète. Un film que je vous recommande vivement !

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.