Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

ROCK ET EXPOS

De la photo, de la chanson aujourd’hui : le Château d’Eau, Mademoiselle K et Sandrine Follères.

D’abord, lever un doute : Mademoiselle K est bien le nom d’un groupe de rock et pas juste celui d’une chanteuse… Bien que ce groupe soit emmené par Katerine Gierak… Et c’est bien de rock dont il s’agit ici ! Tout le disque, toutes les plages en sont imprégnées… Pour la première fois, c’est en anglais que le groupe a choisi de chanter et c’est plutôt une réussite ! Pour être plus libre Mademoiselle K a fondé son propre label pour se libérer des majors et de leurs contraintes mercantiles…. Cela faisait longtemps que l’on n’avait entendu un disque de rock français aussi incisif, intelligent et agréable à écouter…  Et sur scène Mademoiselle K confirme son talent… L’écoute de son dernier disque “Hungry Dirty Baby” est un choc…. Mais que dire de sa prestation sur scène ? La chanteuse arrive comme un taureau lâché dans l’arène et ne lâche plus son public durant tout son spectacle… Du rock, du rock, encore du rock !!! Jamais un moment de pause, jamais un moment de relâchement… Mademoiselle K joue son dernier disque, en anglais de manière fulgurante puis revisite ses anciennes chansons. On reconnaît ses premiers “tubes” : “Jalouse”, “Ça me vexe” dopés  à l’électricité ; un concert d’une très grande qualité. Merci au Bikini pour ces moments rares.

« Ils mettent en lumière les menus détails du quotidien »

Dans le cadre du projet « European Prospects », deux nouvelles expositions de photos à la galerie du Château d’Eau du 12 mars au 3 mai 2015: la jeune photographe néerlandaise Wytske van Keulen, présente une série de photos  réalisée au cours d’une résidence photographique débutée en avril 2014 à Toulouse dans différents établissements pour personnes âgées ; la deuxième exposition regroupe quatre artistes réunis autour du titre « Family, Family » , originaires de 4 pays européens, « ils photographient tous l’intime et ont la cellule familiale comme terrain de recherches. Cependant, loin de l’album de famille, qui souligne les grands moments de la vie, ils mettent en lumière les menus détails du quotidien, rendant alors universelles ces images censées représenter l’intime. Le « Je » devient nous et chacun, un peu à la façon de l’écrivain Katherine Mansfield, il montre avec finesse et légèreté les petits côtés de l’existence ».

Pour terminer : une exposition de peintures  à voir au Centre culturel des Mazades. Sandrine Follères expose dessins , peintures, sculptures sous forme de rétrospective ayant pour thèmes, chers à l’artiste, celui du portrait et celui du corps. Exposition à voir jusqu’au 2 avril.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.