Brice Christen
Brice
Christen
Le cynisme aggravé

Récupération massive

À défaut d’être morbide une fois de plus, la semaine écoulée fut davantage sportive. Comme le disait le baron Pierre de Coubertin, l’important c’est de participer. Voilà bien une phrase de perdant, preuve en est, elle est la devise que François Bayrou a fait sienne depuis plusieurs années.

 

Après le sursaut démocratique en Grèce, s’est déroulé chez nous le championnat de France de récupération politique. Le combat fut âpre et disputé mais la finale a opposé le leader du Front de Gauche à celui du Front National. On ne savait qui choisir entre un Jean-Luc Mélenchon, le sourire jusqu’aux oreilles, telle une pucelle qui découvre son anatomie et une Marine Le Pen qui en a profité pour sortir, comme toutes les semaines, ses airs prétentieux et hautains pour annoncer à qui veut bien l’écouter qu’elle se doutait que les choses se passeraient de la sorte. C’est ainsi, quoi qu’il se passe, les dirigeants du Front National le savent toujours avant et mieux que tout le monde mais préfèrent ne rien dire pour ensuite mieux dénoncer le complot qui vise à les faire taire. Une sorte de syndrome de Stockholm en moins bien. C’est finalement le leader frontiste qui l’a emporté face au trotskiste démodé, il faut dire qu’en matière de récupération, le Front National avait de sérieuses longueurs d’avance depuis les attentats du mois de janvier, lorsque sur les réseaux sociaux, Marine Le Pen avait demandé un référendum sur la peine de mort, sur l’autel des corps encore chauds de nos regrettés confrères. Gageons que ce championnat de France de la récupération soit la seule victoire des frontistes pour les siècles à venir.

 

« Le Qatar a payé quelques supporters pour venir garnir les tribunes et crier quelques slogans joyeux. »

 

Heureusement, il y a également eu du vrai sport puisque l’équipe de France de handball a remporté, encore une fois, le titre mondial en battant l’équipe nationale … ou plutôt internationale du Qatar. Véritable illustration de la mondialisation, le pays organisateur a en effet constitué son équipe en nationalisant plusieurs européens et quelques sud-américains, en prenant exemple sur le modèle brésilien de la dernière Coupe du Monde de football puisque la sélection carioca comptait dans ses rangs des peintres, des clowns, des postiers, des coiffeurs et des mendiants, mais aucun footballeur. Comme il n’avait pas non plus assez de supporters, le Qatar en a payé quelques-uns pour venir garnir les tribunes et crier quelques slogans joyeux.

 

Une belle initiative qui nous rappelle celle de la Corée du Nord qui, en 2010, avait envoyé des supporters chinois en Afrique du Sud pour supporter son équipe. Cette dernière n’ayant pas franchi le premier tour, elle était rentrée au pays avec comme punition pour la majorité des joueurs une humiliation publique et des travaux forcés. Une mesure dont nous aurions été bien avisés de nous inspirer à l’époque, personne n’avait été plus ridicule au monde que l’équipe de France en 2010, et cela n’aurait arraché une larme à personne de voir Patrice Evra et consorts repeindre les lignes blanches de l’autoroute ou installer une borne kilométrique. À l’époque déjà, la dérive et l’immaturité des caïds avaient été dénoncées par toute la classe politique et notamment … le Front National. Tout se recoupe.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.