Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Que les notaires se terrent

Les professions réglementées n’ont jamais autant fait parler d’elles depuis que les socialistes les ont en ligne de mire. Après les « pharmacies menacées », voilà que les notaires s’offrent un clip télévisé où ils se posent en sauveurs de la propriété privée. Le clip montre une famille qui, après un week-end, rentre pour retrouver la maison transformée et occupée par des inconnus qui en ont pris possession. Et de conclure : « Une vie sans notaires, c’est vous qui en faites les frais. » Sauf que sous ce clip inquiétant se cache un gros mensonge. Le mensonge qui vous distrait de la réalité, qui veut vous faire penser qu’il ne faut pas toucher aux notaires. Un mensonge d’autant plus abject qu’il nous manipule. Il prend notre naïveté en otage pour faire pression sur les politiques. Certes, le notaire remplit une fonction utile. Bien sûr qu’il y a besoin, dans une société un tant soit peu libre, d’acteurs de confiance dont le rôle est d’attester de la propriété privée. La question n’est clairement pas là, et ce n’est d’ailleurs pas cela que les politiciens contestent. La manœuvre est habile. Mais pourquoi cette fonction devrait-elle être assurée par une corporation sortie des âges protégée par un monopole et où il n’est pas rare de voir les « charges » héritées de père en fils ? Pour donner confiance ? Mais il y a bien d’autres manières de donner confiance, sans monopole.

« Le métier de notaire ne disparaîtra pas »

Au contraire, le fait d’être protégés rend bien plus probables les actes peu scrupuleux. Une entreprise normale vendant ce genre de services sans monopole seraient obligée d’entretenir une image impeccable et donc de veiller à fournir des prestations irréprochables. Tout le contraire des métiers protégés. On oublie aussi que peu de pays ont des notaires protégés. Pourtant, on n’a pas l’habitude d’entendre chaque jour des histoires de vol de propriété immobilière. Il faut donc bien que d’autres moyens aient été trouvés par le marché. Quels qu’ils soient, pourquoi ne pourraient-ils pas être au moins tentés en France ? Par la disparition de la réglementation, le métier de notaire ne disparaîtra pas. Comme toute autre profession, c’est à chaque notaire de prouver que ses services ont une utilité au juste prix. Grâce à la mise en concurrence, au sein même du notariat, il est probable de voir les prix baisser et la qualité croître, pour le plus grand profit des consommateurs-propriétaires. Les notaires ont choisi de nous manipuler avec ce clip pour masquer leur rente économique. C’est dire combien ce sont des gens de confiance… Ce n’est pas en jouant sur les peurs que l’on peut défendre l’utilité de sa profession : chacun doit s’adapter à l’évolution de la société en se confrontant au marché.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.