Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Put…. 2 ans !

La célèbre réplique du guignol de Jacques Chirac est appropriée tant la bataille de communication fait rage entre majorité et opposition municipale. Il faut dire que l’équipe municipale en place n’y était pas allée avec le dos de la cuillère pour promettre en matière de sécurité et d’arrêt de hausse des impôts locaux et métropolitains avant mars 2014. À cela s’ajoute la courtoisie évidente qui sied à toute joute locale quand le président de la République mal en point est du même bord que le maire sortant. Bref, quoi de neuf à Toulouse deux ans après ? Vinci ou ses filiales ont toujours la main mise sur le ‘‘parkage’’ des automobiles. Du grand classique à Toulouse depuis des décennies…déjà le maire actuel était aux manettes dans une majorité précédente.

Au niveau sécurité, malgré un élu au regard fort austère et au parcours politique qui ne l’est pas moins, malgré de grands moments de communication sur l’accroissement des effectifs de police municipale et des pages dans le journal municipal….Malgré tous ces efforts cosmé(poli)tiques que de soucis non réglés et un sentiment d’insécurité constant. Bon, autre domaine les transports: la troisième ligne de métro sonne comme une évidence en 2014 alors qu’absente de toute idée en 2008. Jean-Luc Moudenc devrait plutôt remercier Pierre Cohen de lui avoir permis de réfléchir…sans quoi la prolongation de la ligne B du métro aurait vu le jour en 2013 et pschiiit de la troisième ligne!

Encore une fois deux citoyennetés dans la ville rose: les habitants du centre, ceux de la périphérie.

De là à essayer de nous vendre la réalisation de la ligne Blagnac-Labège pour 2024…. en d’autres temps certains de chez nous auraient usé de la phrase:” il nous joue du pipeau”. Mais bon, l’espoir fait vivre. Tout comme le rallongement des stations de la ligne A. L’espoir aura été long à assouvir. Vingt ans pour réparer une erreur de diagnostic initial. Et ces travaux nous sont “vendus” comme novateurs! En deux ans, en somme, beaucoup d’erreurs du passé sont rattrapées tant bien que mal et de nouvelles sont décidées. Ceci dit, il reste quatre ans de mandat….

Tiens pour conclure la politique de grands travaux initiés sous l’ère Dominique Baudis a repris. Des ramblas sont promises en lieu et place des allées Jean-Jaurès. Les kiosques d’inspiration art déco en face du cinéma l’UGC, seraient “éparpillés façon puzzle”. Tout est entrepris qu’au centre-ville pour redorer le blason de Toulouse. Encore une fois deux citoyennetés dans la ville rose: les habitants du centre, ceux de la périphérie. Et dernière question: cela finira-t-il comme la rue Alsace-Lorraine rendue piétonne à l’arraché en 2008 avec des travaux d’aménagement bâclés? Oui ceux que la majorité de 2008 a dû reprendre de A à Z? Réponse ….dans deux ans!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.