DorianDreuil
Dorian
DREUIL
Conseil d'administration Action contre la faim. Délégué à la vie associative.

Protégeons les humanitaires

Depuis le 11 décembre 2008 et grâce à sa résolution 63/139, l’Assemblée Générale des Nations Unies a décidé de célébrer les travailleurs humanitaires ; rendre hommage à ceux qui ont perdu la vie en voulant sauver celle des autres. Le 19 août, Journée mondiale de l’aide humanitaire, le monde honore la mémoire des hommes et des femmes qui sont morts au service de causes qui nous dépassent.

 

Cette année, la journée mondiale de l’aide humanitaire fait écho à de sombres événements. Le 4 août 2006, à Muttur au Sri Lanka, 17 humanitaires de l’ONG Action contre la Faim étaient froidement exécutés d’une balle dans la tête dans le local de l’association. Un crime encore impuni, 9 ans après. Le drame de Muttur est l’attaque la plus meurtrière contre des travailleurs humanitaires jamais perpétrée. Plus récemment encore, le 26 août, ce sont 2 personnels de Médecins Sans Frontières qui étaient tués au Sud Soudan. En 2014 le centre de recherches Humanitarian Outcomes recense 63 attaques contre les ONG, touchant 125 travailleurs dévoués. La question de la sécurité du personnel humanitaire est un des réels enjeux de la solidarité internationale ; pas seulement pour les ONG mais également pour ceux à qui elles viennent en aide. En théorie, le droit international humanitaire protège les civils dans leur globalité. Le droit international humanitaire meurt de ne pas être respecté. Le personnel humanitaire lui, meurt de ne pas être protégé.

 « La sécurité du personnel humanitaire est un des réels enjeux de la solidarité internationale »

Une campagne de plaidoyer d’Action contre la Faim auprès de la communauté internationale appelle à mettre un terme à l’impunité des assassins du drame de Muttur. Car au delà d’ACF, c’est l’ensemble de la communauté humanitaire qui est meurtrie par cette attaque, et avec elle les principes qu’elle défend, notamment ceux d’impartialité, neutralité et d’humanité. Tuer un humanitaire, c’est également toucher les plus vulnérables, ceux à qui ils viennent en aide. Action contre la Faim dénonce, « tuer un humanitaire c’est condamner ceux qui en ont besoin », c’est le ton de la campagne de plaidoyer « #Protégeonsleshumanitaires ». La communauté internationale doit faire bloc derrière cette demande, pour que cessent les attaques contre celles et ceux qui partent pour sauver des vies, pas pour la perdre. Ne restons pas silencieux face aux meurtres d’humanitaires, en tout cas pas plus d’une minute.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.