Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Prix politiques de l’année

Un bon marronnier que la remise de récompenses en cette période. C’est une façon de revisiter l’année passée, une dernière fois. Après les césars et les oscars j’ai décidé de remettre le “testard” soit un prix pour nos amis politiques à la grosse tête, le “fachard” mélange subtil de fachos ou de fâchés, le “pétard” viendra couronner l’homme ou la femme politique qui a fait illusion. Enfin, le “crevard” qui comme le nom l’indique viendra récompenser celle ou celui qui mériterait le “taulard”, mais qui n’y est pas encore.

Bref, une visite de 2015 en quatre (pseudo) récompenses politiques.

Dans la catégorie Testard sont présentés:

- Bruno Le Maire pour son « intelligence » comme « principal handicap ».

- Martine Aubry pour son « la gauche moderne c’est nous ».

- Marine Le Pen pour sa bouille sur toutes les affiches et flyers des élections en 2015.

- Collectivement, la droite toulousaine pour son « on va gagner le département » en mars dernier

- Dominique Reynié pour ses débuts politiques afin de devenir futur président de région… en brasse coulée, la tête haute.

(Roulement de tambour)

Le gagnant est Bruno Le maire et sa fausse modestie.

Commentaire: en d’autres temps, Arnaud Montebourg eut pu ravir cette récompense, Martine Aubry a tout fait pour obtenir cette statuette, mais elle est partie trop tard. J’imagine bien que 2017 sera pour elle l’année de la consécration.

Pour le Fachard, catégorie qui mêle les fachos et les fâchés politiques, nous retrouvons les meilleurs ennemis de la classe politique et leurs représentants locaux, sont ainsi en lice:

- Marine Le Pen, pour le culte de la personne jusqu’au bout des bulletins de vote.

- Marion Maréchal Le Pen pour sa constitution de liste aux régionales avec les identitaires, ses sorties médiatiques et verbales entres autres sur le sort réservé aux plannings familiaux.

- Louis Aliot, pour sa sortie verbale sur le sort réservé aux plannings familiaux à l’instar de sa nièce par alliance et son soutien à son beau-père JM Le Pen.

- Jean-Luc Mélenchon pour toutes ses sorties médiatiques généralement plus bruyantes qu’argumentées et son éternelle envie de donner des leçons.

(Roulement de tambour)

Le Fachard revient à Marion Maréchal Le Pen pour son parcours sans faute sur le chemin du plus à l’extrême droite que moi tu meurs.

Commentaire: la famille Le Pen était très très présente cette année. Le titre ne pouvait leur échapper. Marion Maréchal Le Pen a su redresser la barre pour obtenir le prix haut la main suite à une remarquable campagne des régionales durant laquelle elle a écrasé toute la concurrence.

Pour le Pétard un seul nommé et donc gagnant, le régional Dominique Reynié. Pas de roulement de tambour cette fois. Une immersion ratée dans le monde politique. Un plantage sérieux récompensé par ce prix donc.

Commentaire: seul en lice, enfin pour lui l’occasion de briller lors d’une élection. De plus, il aura réussi le tour de force de se mettre certains colistiers, une partie de son nouveau parti et son chef à dos avant le premier tour des régionales. Bravo il mérite ce prix.

Le Crevard vient ici proposer de récompenser celle ou celui qui est en passe de découvrir son avenir dans un prétoire, mais qui n’y est toujours pas convié. Sont proposés:

- Isabelle et Patrick Balkany unis jusqu’au bout de Levallois Perret à Saint Bart.

- L’infatigable Nicolas Sarkozy pour sa batterie de cuisine qui lui sert de trace dans l’histoire.

- Le toujours excellent Jérôme Cahuzac pour son “les yeux dans les yeux”. Quel rôle de composition !

- Sylvie Andrieux pour son accessoire tendance, le bracelet électronique.

- Le sénateur Dassault pour son mandat et ses oublis de déclarations et autres achats compulsifs.

(Roulement de tambour)

Le gagnant est les Balkany pour toute leur œuvre, du système de corruption jusqu’à leur attitude auprès des journalistes ou en conseil municipal.

Commentaire: Isabelle et Patrick sont deux figures exceptionnelles de la pourriture politique de ce pays. Le large panel de leur triste palmarès écrase de fait toute concurrence pour ce prix de Crevard de la politique, et j’oserais même dire que ça les définit bien.

Voilà cette cérémonie touche à sa fin. Bien d’autres prix pourraient être distribués. Justement, la régie me dit qu’il nous reste du temps alors voici celui qui va clore la soirée et qui permet d’espérer dans la politique et celles et ceux qui la font. Le prix spécial du courage politique.

En lice:

- Catherine Lemorton pour son franc parlé.

- NKM pour son courage au sein du bureau exécutif de “les Républicains”.

- Le PS/PRG pour le retrait dans le Nord et le Sud-Est pour le second tour des régionales.

(Roulement de tambour)

Commentaire: La gagnante à mes yeux est Catherine Lemorton pour sa conduite politique depuis son élection parlementaire en 2007. Jamais elle n’oublie de s’exprimer sans concession. Voilà ce qu’est le courage politique!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.