Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

PRG, la centième

Le congrès du Parti radical de gauche s’est terminé après de vifs échanges constructifs autour de nos valeurs, de notre nom et de l’élection de notre président. Les valeurs progressistes ont eu la part belle. De même que la laïcité fut au cœur de ce congrès. Encore une fois diront certains, ceux-là même qui nous traitent de “gauche cassoulet” (ce qui leur évite de trop en apprendre). Toutefois le dernier salon à Pontoise cultu-r-el laisse entrevoir le chemin à parcourir pour évoluer en République une et indivisible et non en communautés de vies et d’intérêts juxtaposées. Le sujet des listes régionales a été repoussé pour finaliser certains accords. En Haute-Garonne le vote de la Fédération 31 a été dévoilé dans les médias. Il reste à savoir si par exemple Bernard Keller se pliera à ce vote.

Bref, à lire l’actualité mondiale, à voir les flots d’images déversés sur nos écrans ainsi que les réactions à lire sur les réseaux sociaux, que de travail nous attend !

Le propre du radicalisme est de ne pas sombrer dans la facilité manichéenne que les populistes affectionnent. L’afflux des réfugiés de guerre syriens est un drame. Un drame humain, social, bref, terrible. Alors la réponse ne peut être au niveau franco-franchouillard. Elle se doit d’être européenne. Les réponses à la Morano, Le Pen, Dupont-Aignan ou Mélenchon me gonflent par leur sidérale vacuité! Quand les médias pensent à interviewer des responsables politiques, qu’ils ne cherchent pas que le bon client (en clair, vendeur!) autrement dit pas que le (ou la) bonimenteur de solutions miracles à des problèmes complexes!

« Ce maire de Roanne veut bien de réfugiés… mais chrétiens »

Quand je lis que les “parasites de la société”, les “assistés” d’hier deviennent aux yeux de ces populistes “nos SDF à nous dont il faut s’occuper”. Quand certains redoutent les “vagues massives d’afflux” de “terroristes cachés” mais aussi regrettent que ceux-là “ne choisissent pas en priorité la France… (c’est dire l’état de notre pays)”, je monte en pression et je crains pour notre République. Lorsque ce maire de Roanne veut bien des réfugiés… mais chrétiens… notre République est en danger. Notre République est en danger quand le maire de Béziers utilise sa presse municipale pour de la propagande xénophobe et continue à truander en communiquant par vidéo sur des faits qui ne relèvent pas de son exercice de maire. La République est en danger lorsque la religion se veut prescriptrice de règles de vie communes hors sphère privée. La République est en danger quand l’extrême droite capitalise avec des anciens centristes dans ses rangs. Louis Alliot a fait de belles prises, certes, seront-elles suffisantes pour capitaliser ici, à Toulouse, en vue des régionales de décembre? L’avenir le dira. En attendant c’est le ressort d’attraction qui me met mal à l’aise. Le FN n’est ni plus ni moins qu’un parti de “magouilleurs”. Son trésorier est en examen. Et il attire les convoitises les plus viles politiquement parlant. Voir deux anciennes adjointes de Dominique Baudis ainsi venir grossir les rangs du FN laisse pantois. Comme dit la parole populaire: “tout ça pour ça”.

Enfin je me pose une question: si l’Europe est le bon niveau de réponse à la crise des réfugiés syriens, comment peut-on concevoir que ce soit la même Europe qui indemnise les populistes nous exhortant au repli sur nous ? Est-ce là l’exercice ultime de la démocratie?

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.