Nicolas Lafforgue
Nicolas
Lafforgue
Ma semaine précaire

« Pourquoi les candidats aux municipales ne veulent pas parler du national ? »

Un truc marrant pour les municipales à venir. La volonté des candidats de ne pas parler de politique. En tout cas de politique nationale. De grands sujets qui intéressent les Français et qui situent une morale, ou ce qu’il en reste. Pourquoi ? Pour perpétuer cette idée qui est de dire que peu importe le parti, un bon maire est un maire qui se préoccupe de ses administrés. En suivant cette logique, il serait tout à fait acceptable de voter pour un candidat FN si ce candidat avait pour ambition de s’occuper au mieux de ses administrés. Peu importe que ce candidat soit pour la préférence nationale, qu’il soit raciste, réactionnaire et qu’il soutienne le bloc identitaire. S’il s’intéresse au quotidien de ses administrés, tout va bien. Suivant cette logique, il est donc normal de ne pas demander à M. Cohen s’il pense comme M. Hollande et M. Valls que les roms refusent de s’intégrer et qu’il est urgent de les renvoyer chez eux. Peu importe d’ailleurs qu’ils n’aient pas de chez eux. Inutile également de demander à M. Moudenc s’il soutient comme M. Estrosi, le fameux bijoutier de Nice et si comme ses camarades de l’UMP (j’aime les appeler « camarades », ça les rend nerveux) il reviendra sur le mariage pour tous et que donc il démariera des milliers de couples. Ces questions, on nous les renverra au visage. « Moi je m’intéresse au quotidien des Toulousains, je n’ai pas le temps de polémiquer. » Polémiquer ? Et si, il est possible de rêver, un jour, les politiques « locaux », bien que nous parlions ici d’une ville comme Toulouse, qui peut amener des propositions, amener un souffle à la politique dite « nationale », décidaient de parler de ces sujets ? Si, il est possible de rêver, ils décidaient que leurs électeurs, allaient les choisir « eux » plutôt que leur parti, par habitude ? Si nos politiques dits « locaux » avaient l’ambition de parler aux Toulousains mais aussi à la France, aux Français et amener le changement, le vrai, en partant d’en bas, d’ici. Et si ?

Nicolas Lafforgue (chanteur du groupe « Bruit qui court »)

Découvrez son blog : petitjournaldunmecdegauche.over-blog.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.