Yoann Rault-Wita
Yoann
Rault-Wita
Militant pour les valeurs de droite

Pour Noël, liberté de la presse sauce Malvy !

Quelques jours avant les festivités de Noël, la presse régionale et le pouvoir politique local sont venus offrir aux téléspectateurs (et contribuables) une nouvelle chaîne télé : TELE MALVY ! En effet, la chaîne régionale TLT a nommé son nouveau Président Directeur Général le 20 décembre avec prise d’effet le 02 janvier 2013. Ce dernier n’est autre que Philippe Joachim, le plus proche collaborateur du Président Malvy : son Directeur de Cabinet depuis 2004 !

On connaissait le Président du PRG – PDG d’un groupe de presse, voilà désormais le Directeur de Cabinet de Malvy – PDG d’une chaîne de télévision : mais où le pouvoir socialiste s’arrêtera-t-il ? Il est vrai que le Président Malvy doit considérer que TLT lui doit bien ça. Dans le cadre du Contrat d’objectif et de moyens (prévoyant l’orientation de la ligne éditoriale et de la zone de diffusion vers une influence régionale) signé avec TLT, le Conseil Régional Midi-Pyrénées a déjà versé 500 000 euros pour l’année 2012, soit un tiers de la somme d’1,5 millions d’euros qui sera versée sur trois ans à la chaîne locale. La nouvelle PS TV désormais financée à un peu moins de 50% par la Mairie de Toulouse et à 22% par la Dépêche du Midi a comme PDG le bras droit du Président Malvy ! Le Groupe d’Opposition Régionale (Osons Midi-Pyrénées), vent debout devant de telles méthodes, mettant en avant « l’atteinte grave à la transparence, au pluralisme et à la liberté de la presse » a été le seul à dénoncer le fait que ni le CSA, ni la Commission de déontologie de la fonction publique (CDFP) n’ont préalablement été saisis de cette nomination. Notons que le dossier a été entièrement piloté par le cabinet du Président Malvy et non par la Commission culture. Le Président Malvy déclarant en assemblée plénière que son Directeur de cabinet s’en remettrait à la décision de CDFP ne s’est-il pas interrogé sur l’étrange mélange des genres et l’image bien triste du journalisme qu’il donnait ? Le pouvoir socialiste pourrait-il retrouver un minimum d’intégrité et de déontologie en 2013 ? Espérons que la Commission qui viendra se prononcer dans les jours qui viennent, donnera raison à la morale, l’intégrité et l’exigence de transparence si rare au sein de l’idéologie d’un pouvoir socialiste qui a rapidement oublié d’être «normal».

 

Yoann RAULT-WITA

conseiller national des Jeunes Populaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.