Rémi Vincent
Rémi
Vincent
Militant du Front de Gauche - élu de Colomiers

Pour la droite « laïque », un pape c’est mieux qu’un prieur de rue musulman.

Le pape s’en va. Il démissionne. Voilà, je viens de vous relater un fait regardant les communautés religieuses, les journalistes, les écrivains, historiens, théologiens, etc. Mais pas les responsables politiques !

Qui sont ces faux laïcs qui commentent les péripéties internes des cultes ? Ceux qui se disent socialistes et républicains ? Ceux qui ont hurlé à l’atteinte à la laïcité quand les religieux qu’ils combattaient étaient barbus et bronzés ? Les deux, mon capitaine.

D’abord, François Hollande a salué au nom de la République « une décision éminemment respectable. » Non, non, non et non ! La République ne salue rien de ce qui concerne les affaires internes des cultes. Elle ne les reconnaît pas, un point c’est tout. C’est la condition sine qua non de la paix sociale et du respect de chacun à croire librement et sans discrimination publique.

On va me dire que je suis un « laïcard », un « bouffeur de curé », et blablabla. Cela n’a rien à voir avec une quelconque antipathie vis-à-vis du fait religieux (cette antipathie ou simple incroyance reste dans ma sphère privée), c’est un principe de stricte séparation du public et du religieux, qui passe par une stricte « non reconnaissance. »

Voilà pour ces socialistes qui acceptent autant ce genre de « petites » atteintes à la laïcité, que de plus graves : encore trop de subventions publiques servent à financer des projets à finalité ou coloration religieuse. Et pour rappel, le Concordat s’applique toujours en Moselle, et les enseignants y sont choisis par des représentants du culte.

Et de l’autre côté, la droite à la « laïcité musulmane. » Je dis « la droite », mais j’entends aussi dedans l’extrême droite, car sur ce sujet-là, difficile de distinguer les différences (non, ce n’est pas le point Godwin, il y a des sujets sur lesquels ils divergent, mais sur la place de la religion dans la société, c’est très proche).

Quand les prieurs de rue étaient ceux avec les fesses en l’air et les robes blanches, ah ça, ils étaient de fervents laïcs. Mais jamais de condamnation des tarés de Civitas et de leurs prieurs de rue au buste relevé et aux mains jointes.

Et maintenant, avec la démission du pape, cette droite catho-béate, sarko-décomplexée et buisson-écervelée s’est répandue en réactions allant bien à l’encontre de ce principe de laïcité. Uniquement la « droite populaire » ? Ah non ! même la « centriste », la « modérée », la « sociale » a fait preuve de toute sa religiosité.

Petit jeu : trouver les différences de fond entre toutes ces réactions.

François Bayrou : « C’est un coup tonnerre sur la planète. Un geste responsable, très courageux, qui ouvre une nouvelle époque de la vie de l’Eglise. »

Nadine Morano : « Hommage à notre Pape Benoît XVI qui choisit de renoncer, profondément respectueux de la mission papale. »

Jean-Louis Borloo : « La charge du pouvoir, fut-il spirituel, est immense. La décision de Benoît XVI est une rupture respectable, digne et estimable. »

Christian Estrosi : « Je trouve la décision du pape courageuse. Je ne peux m’empêcher de repenser à cet instant où il m’a reçu à Rome et m’a indiqué adorer Nice ! »

François Fillon : « Benoît XVI a accompli une œuvre considérable au service de l’Eglise, assumant une succession difficile, et marquant progressivement son pontificat de sa personnalité exceptionnelle, non seulement sur le plan théologique mais par une simplicité et une gentillesse naturelles qui le rendaient accessible et présent à tous. »

 

Claude Guéant : « C’est un grand signe de modernité de la part de Benoît XVI, qui a produit un travail théologique considérable avec des textes de très grande portée, de très grande hauteur de vue. »

 

Marine Le Pen a rendu hommage à « son action infatigable en faveur de l’universalité des valeurs de la civilisation chrétienne. »

 

 

Pour finir, je retranscrits le « tweet » d’Alexis Corbière, du Parti de gauche (Front de gauche), qui condamne la déclaration de François Hollande :

 

« Hollande : « La République salue le pape qui prend cette décision ». Non. La République n’a aucune opinion sur la vie interne des cultes. »

 

 Rémi Vincent

Militant du  Parti de Gauche

 

 

 


UN COMMENTAIRE SUR Pour la droite « laïque », un pape c’est mieux qu’un prieur de rue musulman.

  1. Patrick Aubin dit :

    Ah si le même raisonnement pouvait être tenu sur la culture, le sport, l’éducation, l’économie etc… que la société se porterait mieux, les politiques se contentant de représenter leurs électeurs (et exclusivement LEURS électeurs au lieu de vouloir imposer aux autres leur point de vue sur tout et n’importe quoi) dans la garantie de leurs droits naturels et imprescriptibles que sont la liberté, la propriété, la sécurité et la résistance à l’oppression !!!

    Eh oui, l’interventionnisme politique, c’est ce qui détruit la paix sociale, et ce dans tous les domaines à l’exclusive des fonctions régaliennes qui se doivent de respecter le triptyque liberté, égalité, fraternité… et ce toujours dans les droits naturels et imprescriptibles.

    En quelle autre langue faudra-t-il le dire pour que cela soit compris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.