Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Pollution ? Fiscale, pas de doute !

« Dernière chance pour sauver la planète en danger » : combien de slogans éculés sont assénés sur la fallacieuse origine humaine du réchauffement climatique ? Ainsi la conviction scientiste d’une minorité surfe sur la naïveté scientifique d’une majorité pour enfermer les peuples dans un constructivisme pervers.

Dernièrement, un rapport issu du sénat affirme que « le coût de la pollution est estimé à plus de 100 milliards ». Il a été relayé brut de fonderie par une presse privilégiant depuis longtemps le scoop à l’éthique de l’information. Étonnante réflexion d’une classe politique dont la solution aboutit à rogner le pouvoir d’achat des citoyens à défaut de réduire le sien. A-t-elle estimé ce que coûtent et couteront leurs interventions dans l’économie ? Que nenni. L’économiste du XIXe, Frédéric Bastiat, par son approche pédagogique « il y a ce que l’on voit » et « il y a ce que l’on ne voit pas », aurait de quoi compléter son œuvre de plusieurs ouvrages en vivant à notre époque. Car, si nous pouvons supputer à juste titre que la pollution provoque des maladies réduisant l’espérance de vie, il est constaté que l’espérance de vie continue d’augmenter. Mais parce que le progrès d’hier n’est plus un progrès avec nos yeux d’aujourd’hui, faut-il arrêter le progrès d’aujourd’hui parce que demain il ne sera plus un progrès ? La raison cachée des gouvernants est de trouver la bonne excuse pour remplir le panier percé de l’étatisme.

Cible facile : l’automobiliste et sa voiture. Le Léviathan se gave de taxes sur le carburant pour alimenter son budget dont il nous faut mettre en cause l’utilité. Car c’est bien le marché qui réduit la consommation et la pollution des véhicules pour le plus grand bonheur des automobilistes : moins de consommation et moins de pollution donc moins de taxes versées. Si la Société y voit un gain environnemental, le système politique y voit une perte fiscale. Pour la compenser, l’idée « géniale » est d’augmenter les taxes sur le gasoil au niveau de celles du sans plomb. N’imaginez surtout pas la baisse car comprenez que ce qui les intéresse, ce n’est pas la pollution, mais votre argent.

Depuis plus de vingt ans, ce sont presque ces mêmes parlementaires qui votent les incitations fiscales pour que vous achetiez… du diesel ! A quoi a servi le renouvellement du parc automobile pour en arriver à un tel aveu d’échec ? Ce rapport est révélateur du fait que l’interventionnisme court terme des politiques engendre plus de problèmes économiques et sociaux de moyen et long termes qu’il n’en résout. Comment croire que les nouvelles mesures de ces incompétents économiques puissent avoir un résultat différent des précédents ? Alors qu’ils sont eux-mêmes les acteurs du désastre économique actuel par une législation chaotique et pléthorique, comment pourraient-ils sauver la Société humaine par plus de taxes, solution déjà maintes fois mise en œuvre sans succès durable ?

Ont-ils un tant soit peu réfléchi aux pollutions fiscales et législatives que subissent les familles en entrainant des morts anticipés par stress excessif et sachant que les français sont les plus gros avaleurs de psychotropes au monde ? Ont-ils étudié le nombre de morts par suicide suite à l’incapacité d’individus de payer charges et impôts face à l’inhumaine bureaucratie ? Mais c’est peut-être trop leur demander à ces politiciens qui se voient en sauveurs de la planète mais ne voient pas les effets pervers de leurs lois sur la Société. Faudra-t-il en arriver à l’intoxication ?


2 COMMENTAIRES SUR Pollution ? Fiscale, pas de doute !

  1. Pollution région dit :

    Oui, le coût de la pollution est encore un moyen pour nous trouver plus de taxe

    • Patrick Aubin dit :

      Mais sûrement pas de réduire la pollution dans l’environnement, ce n’est pas un objectif…

      L’objectif est uniquement de détruire l’économie en pillant les gens honnêtes. Oui on l’a bien compris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.