Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Politique sans limite

Ces derniers jours m’ont beaucoup donné à réfléchir. Tant les événements de diverses importances se sont succédé. Le suivant écrasant le précédent…. Du “continuez” irresponsable d’un JL Mélenchon, plus populiste que jamais (du moment que lui continue à voyager en première classe en avion…et à nos frais) ; à la débinade de M Le Pen de l’emission “Des paroles et des actes”, usant de la même tactique employée contre son père: la fuite plus communément appelée “la politique de la chaise vide” qui donc est la nouvelle marque de fabrique marinière.

Par ailleurs, l’affreux accident de bus survenu en Gironde, laissant tant de familles dans le chagrin, a été le théâtre de ce qu’il y a de pire en politique: de N Mamère qui, la carcasse du bus encore fumante, en profitait pour tacler la politique d’Emmanuel Macron, aux sots et sottes venant reprocher aux hautes autorités de ce pays leur compassion face à ce type de drame non connu sur le territoire depuis 1982!

J’ai parfois honte des dits “responsables politiques” qui oublient le service public,  qu’ils tancent avec tant de facilité par ailleurs, ou qui pour de sombres raisons politicailles ne savent ni respecter les gens dans la lutte ou dans le deuil!

Heureusement, plus près de nous et avec brio, un jeune nageur toulousain des dauphins du TOEC et de l’équipe de France, G Pedurand, a répondu à Nadine Morano. Même si cela aura moins de portée que les paroles du vieux suisse Alain Delon, cette lettre ouverte a le mérite d’être claire et bien écrite. Mais si peu relayée….

Je me pose vraiment des questions à propos de l’honnêteté intellectuelle de nombreux journalistes, en outre, lorsque je les vois relayer l’évasion des pilote et copilote de l’affaire “Air cocaïne”! Accourir ainsi à la conférence de presse de  reconnus coupables dans un pays souverain (même si la justice paraît certainement à revoir) donc fugitifs, c’est encourager l’évasion. Sans oublier ce que pourraient subir nos deux autres ressortissants encore sur place à Punta Cana.

J’imagine aujourd’hui comment la classe médiatique traiterait un hors la loi comme Mesrine….avec déférence pour faire vendre?

Au fait, plutôt que de relater seulement les faits divers ou les arrières cuisines et encore mal de la politique, les médias même locaux n’ont-ils pas à faire œuvre de pédagogie pour ces élections? Qui était informé de la date limite pour s’inscrire sur les listes électorales? Qui informe du rôle des régions: fonctions régaliennes? Et là je ne parle pas de politique partisane mais d’information citoyenne.

Le “no limit” en politique ne conduira jamais vers plus de solidarité, plus de citoyenneté, pas plus que vers l’anarchie mais bel et bien vers l’autoritarisme. Et je lutte dans l’espoir de troubler ce jeu néfaste du tout pour le buzz politique. Alors quand des citoyens dans le nord ou d’ici, décident de s’engager en politique ils doivent être respectés plutôt que systématiquement vilipendés.

Oui Haro sur les populistes. Oui à la laïcité oui au progressisme et oui à la solidarité. Respectons nos valeurs.

Mais je le concède certains jouent les troublions: même dans ma famille politique certains radicaux se font élire à gauche pour voter régulièrement à droite à la métropole et l’un s’invite sur la liste de rassemblement PS-PRG pour ces élections, la soupe est bonne. Face à ses convictions politiques à géométrie variable, je revendique un vrai soutien à C. Delga car dans PRG il y a “de Gauche”, et je ne suis pas, moi, frappé d’amnésie!

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.