Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Politique digne…. Pas undercover

 

 

Cette semaine d’actualités est marquée par le détournement de ce qu’est l’essence même de la chose publique; par un vulgaire programme télé. L’étymologie du mot politique vient du grec politikè qui signifie : science des affaires de la Cité. La politique est un mot à plusieurs sens qui mérite, si ce n’est d’être sacré j’en conviens, à tout le moins d’être respecté. Bien sûr il se trouvera bien ici ou là quelque esprit contradicteur pour qui la politique et son organisation sont à la limite du gangstérisme. À ces gens-là, je conseille de prendre pour exemple n’importe quel jeu d’enfant, ou sport et d’observer que tout microcosme doit se doter de règles communes de fonctionnement et d’instances pour les faire appliquer. Bien sûr je me garde d’évoquer un blanc-seing donné à de telles instances. Tout est toujours à repenser, à améliorer ou renouveler. Bref la politique “c’est du sérieux!” comme disait Nicolas à propos de Carla, voilà cinq ans presque. Et nous ne pouvons, ni ne devons laisser la politique sombrer dans le spectacle total. La réflexion, la concertation et le temps de l’action doivent être le seul credo du citoyen qui s’engage en politique. Mais il est vrai que les médias se pourlèchent les babines à mettre en avant les brebis galeuses réelles ou celles traitées comme tel au détriment de leur réputation de citoyen. Aujourd’hui où tout est buzz, où les concepts, idées politiques ne doivent pas dépasser 140 caractères, aujourd’hui où les étoiles médiatiques filantes sont fabriquées à la chaîne (nouvelle star, les anges de la tv réalité etc) ou les anciennes gloires sont recyclées (croisières et autres stars des années 80), le petit écran via D8, n’a pas trouvé mieux que de mixer l’émission “Le grand bluff” de Patrick Sébastien et l’émission “J’aimerais vous y voir” de LCP. Et voici un OVNI qui tient plus de la “Première compagnie” que du réel reportage en immersion. Le programme de LCP avec Catherine Lemorton ou Philippe Folliot, pour les élus régionaux, était d’une autre tenue. Car se rendre compte de la réalité de la difficulté de tel métier n’a pas besoin de spectacle…Tout cela pour se donner du temps d’exposition médiatique.

 

« Se servir des problèmes des Français »

 

Les seconds couteaux de la politique passent au mieux pour de piètres comédiens et au pire pour des “déconnectés” pour reprendre les mots de la blonde de Touche Pas à Mon Poste. Quel exemple donnent ces gens! Qu’il s’agisse de l’ancien ministre des Transports Thierry Mariani ou de la sénatrice marseillaise Samia Ghali: ne savent-ils pas combien il est ardu de se mouvoir en fauteuil roulant ou de louer un T4 avec 1200 e/mois? D8 propose un concept racoleur. Par ailleurs, se servir des problèmes des Français pour faire sa promotion est ignoble! Les citoyens ne sont pas dupes. Et malheureusement on sait qui tirera les marrons (c’est de saison) du feu. Pour conclure, la composition du mot undercover ne laisse aucune place à un quelconque faux ami, aucune perfidie d’Albion n’est à craindre. La traduction mot à mot est « sous couverture », soit « secret ». Au vu des résultats audimat du premier numéro gageons que cette émission restera undercover! Bonnes fêtes à tous en famille, entre amis, pensons à toutes et tous, seul(e)s, malades, enfants, seniors…

À très vite…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.