Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

Paris – La Tourette, tout le monde descend

Les quiproquos dans la vie sont souvent sources d’amusement ; celui dont je vais vous parler  m’a fait basculer dans la quatrième dimension. Ce soir-là, je venais de quitter la scène du Don Camilo à Paris, sous les applaudissements du public et une pluie d’insultes qui venaient de la régie, située juste au-dessus de moi et visible par tous. C’était Hervé le technicien du cabaret ; un garçon charmant et professionnel, cela fait des années qu’il reçoit les artistes. Malheureusement, il a le syndrome de Gilles de la Tourette , un trouble neurologique caractérisé par des tics : clignements d’yeux, toux, raclements de gorge, reniflements avec de nombreux mouvements faciaux, le tout associé à la production de sons et de mots obscènes, vociférés inconsciemment. Cela dit, la maladie n’affecte pas l’intelligence! Habitués à ce phénomène, nous ne faisions pas cas de ses insultes graveleuses, nous nous concentrions exclusivement sur la partie consciente et volontaire de ses propos, toujours agréables du reste. Néanmoins, il n’y a qu’une chose qui nous troublait, c’était ses insultes inconscientes qui correspondaient toujours à la personne à laquelle il s’adressait. Le lendemain, nous devions aller au Mans pour jouer mon spectacle. Nous voici donc face à face, en première classe d’un train bondé. Nous discutions de spectacles, de la vie, de politique, de racisme, ambiance entrecoupée par ses rafales d’insultes soulignant ma couleur de peau. Les gens autour de nous, nous regardaient interloqués, avec insistance. J’étais affreusement gêné, mais je faisais tout pour que mon ami ne lise rien sur mon visage, il n’est pas conscient de ses spasmes. Hervé : « Je ne comprends pas qu’à notre époque les gens confondent couleur de peau, origine et religion, (nègre, tas de merde, sale race) cela n’a rien à voir. Nous devons juger les gens pour ce qu’ils sont. (négro, grrr, étranger, raaafffeu), c’est évident non ?  » Et moi de répondre : « évidemment, nous devons être justes avec tout le monde ».  Hervé : « (Grrr, nègre, nègre, steusteee) Je t’ai dit que ma femme était du Gabon ? (salope, chienne, négresse heurrr) ».  Surpris, je réponds : « non ! Il faut que tu me la présentes, comment s’appelle-t-elle ? »  Hervé : « (Salope rrrgr) Fatou ! »  La femme qui était à ma gauche m’a regardé avec dédain, a posé son magazine et s’est adressée à mon ami : « comment pouvez-vous parler de cette façon en toute impunité? Vous êtes un être immonde ! Et vous »  me demanda-t-elle, « comment pouvez-vous vous laisser insulter en faisant semblant de ne rien entendre ? ». Hervé :« (salope, vieille, grrere) qu’est-ce qui vous prend madame ? nous discutons tranquillement, y a pas de problème, (salope gueuerr) ». La femme : « oh ! Comment osez-vous,  je vais porter plainte contre vous ! Monsieur le contrôleur vous devez intervenir ». « Que se passet-il ? ». Hervé s’est approché de l’oreille du contrôleur et lui a dit, « je crois qu’elle n’est pas dans un état normal, elle dit n’importe quoi ! (grr Pd, culé, sale poulet) »… Nous avons fini au poste de police de la gare, dans un imbroglio hallucinant. Entre insultes et explications gênantes, nous avons fini par rentrer. Une fois à Paris, Hervé m’a dit, « tu sais Alex, nous vivons dans un monde de fous, mais heureusement tu es mon ami (nègre, salop, sale grrr)…

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.