Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Panama Papers ? Politician Connection !

L’affaire “Panama papers” pointe l’évasion fiscale comme cause du marasme économique mondial. Un peu facile, non ?

Dans la longue liste des personnes épinglées, on ne trouve pas MTLM (Monsieur Tout Le Monde) même si d’illustres inconnus sont commis. Constatons que la majeure partie de ces indélicats personnages profitent de près ou de loin, quand ils ne sont pas politiciens, de la connivence avec la mafia politique de leur pays. Plus troublant est le peu de justiciables américains.

Légitimement, hors théorie du complot, on peut s’interroger sur la provenance et la sélection des fichiers de cette affaire. La faible transparence d’accès à l’information complète fait que MTLM est une nouvelle fois la victime expiatoire de la stratégie géopolitique des États-Unis où le journaliste explore exclusivement la face visible fournie.

Le gouvernement américain, en jouant au gendarme moralisateur, a d’abord apporté la déstabilisation de la planète à partir de mensonges grossiers. Le financement de leur effort de guerre issu du coup tordu des subprimes a produit la crise de 2008, et par ricochet, fragilisé l’Europe. Il n’est pas à une manipulation près pour entretenir l’hégémonie du dollar.

« L’État est une institution de voleurs »

Ainsi, derrière l’hygiénisme fiscal des “Panama papers” se cache la volonté américaine de confirmer sa suprématie du XXe siècle. Pendant que les autres gouvernements s’atermoient sur leur système fiscal et bancaire, celui des USA ne s’embarrasse d’aucun état d’âme. Il a mis en place une stratégie fiscale machiavélique qui permet aux banques américaines de siphonner et de capter les capitaux de leurs résidents et non-résidents mais aussi des étrangers vivant aux USA. Un guêpier dans lequel les banques suisses et françaises, par exemple, sont tombées. Aucun Etat n’ose dénoncer la félonie de ces règles outrancières où paradis et enfer fiscaux s’entremêlent.

Nous sommes ici dans des stratégies que MTLM ne maitrise pas. Mais MTLM saura être béatement choqué que certains de ses compatriotes échappent aux taxes et impôts auxquels lui est soumis.

La fiscalité, moyen d’atteindre l’équité grâce au politique ? La réalité dévoile la manipulation : l’argent dit “public” est la source de la corruption. La fiscalité n’est qu’un vulgaire système de spoliation légalisée de l’argent de MTLM. Comme le disait l’économiste américain Murray Rothbard, « l’État est une institution de voleurs » où le citoyen du monde reste le jouet des politiciens et l’esclave des États dont l’Américain est le maître des maîtres.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.