Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

Oui la démocratie, c’est fini…

« La dictature c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours ». Cet aphorisme attribué tout à la fois à Jean-Louis Barrault, Coluche, Frédéric Dard et Woody Allen est plus que jamais vrai à mon avis. Car la démocratie c’est comme Capri, c’est fini, pour citer un autre aphorisme attribué à Hervé Vilard.

Les Grecs ont voté pour Alexis Tsipras en espérant la fin de la rigueur. Sûr de lui, ce dernier a organisé un referendum en quelques jours pour asseoir encore plus sa légitimité populaire. Avec une large victoire de 61%, les votants ont accordé leur suffrage au nouveau premier ministre. Une fois devant la troïka composée de la BCE, du FMI et de la commission européenne, il s’est vu obligé d’accepter la potion amère composée d’une hausse de la TVA de 10% et du passage de la retraite de 62 à 67 ans. Rappelons simplement qu’aucun des membres de la troïka n’est élu et n’a donc de comptes à rendre à personne.

Les Français savent aussi que Coluche, Jean-Louis Barrault, Frédéric Dard et Woody Allen avaient raison. Comme les Grecs, ils se sont un jour exprimés pour dire « non ». C’était le 29 mai 2005 et ils avaient dit ce jour là « non » au Traité constitutionnel européen qui leur était proposé. Un « non » a plus de 55% alors que tout ce que la France compte de médias, de voix autorisées, d’intellectuels souvent auto-proclamés intimaient l’ordre au peuple de voter « oui ». Et comme le peuple s’est trompé, on le lui a rappelé en douce en votant par voix parlementaire le Traité de Lisbonne, copie conforme de la constitution européenne…

« Et comme le peuple s’est trompé, on le lui a rappelé en douce »

Désormais, on n’est même plus au traité de Lisbonne mais au TAFTA, le fameux traité de libre-échange transatlantique, qui est négocié dans le dos des citoyens. En effet, le traité de Lisbonne a transféré la signature de traités de commerce à la compétence exclusive de l’Union européenne, et le Parlement français n’a plus à être consulté de façon obligatoire lors de la signature de tels traités par l’UE, sauf si ces traités comportent d’autres dispositions que commerciales et sont qualifiés de « mixtes », ce qui n’est pas le cas du TAFTA. La ratification du TAFTA ne devrait donc pas faire l’objet d’un référendum.

Enfin, la commission européenne sous la pression des lobbies prévoit d’édicter une directive « secret des affaires » dont le but est d’interdire aux médias de donner des informations sur des entreprises si celles-ci les considèrent comme secrètes. Ainsi si une source ou un journaliste “viole” ce “secret des affaires”, des sommes colossales pourraient lui être réclamées. On pourrait même assister à des peines de prison dans certains pays. Ainsi avec cette directive, on n’aurait jamais entendu parler des pesticides de Monsanto, du vaccin Gardasil et d’autres scandales sanitaires. La journaliste Elise Lucet a d’ailleurs lancé une pétition contre cette directive qui a déjà réuni plusieurs dizaines de milliers de signatures. Si même les journalistes ne peuvent plus révéler les détails de leurs enquêtes, c’est bien que comme je l’affirme aujourd’hui haut et fort, la démocratie c’est bel et bien fini.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.