Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

N’est pas ultralibéral qui veut !

Constatons que plus la France s’enfonce dans l’étatisme, plus les politiciens augmentent leur créativité législative et fiscale, et plus ceux-ci ont tendance à hurler au fantôme “ultralibéral” ! Pas un jour ne passe sans que l’un d’entre eux, majorité ou opposition, ne soit dans la surenchère contre l’ultralibéralisme. Mais à quoi ressemble cet ennemi invisible que tous les candidats à la dernière présidentielle étrillaient ? Chaque programme s’offusquait de l’ultralibéralisme : de la plus extrême gauche à la plus extrême droite, chacun s’accusait d’aller vendre son âme à ce diable. Votre chroniqueur libéral préféré au JT (bon là, pour « préféré », je m’aventure peut-être un peu trop) vous pose une question : avez-vous trouvé l’énoncé philosophique de la théorie “ultralibérale” ? Non? Et pour cause, elle n’existe pas ! En fait, tout politique, ayant une haute estime de lui-même et de ses capacités (pourquoi toussez-vous ?), ont une peur bleue, rose, verte, rouge, brune… que les citoyens ne découvrent l’arc en ciel : le libéralisme. La propagande du bon politicien consiste à s’inventer un ennemi et à le dénigrer. Au cours de l’Histoire, les libéraux ont toujours été la cible des dictateurs. Aujourd’hui, les plus farouches antilibéraux qui accolent le préfixe “ultra” à “libéralisme” sont les leaders du Front de gauche et du Front national. Tous, de très grands économistes devant l’éternel ! Car avec ces « sauveurs du peuple », l’idéologie est claire : convaincre les naïfs que les malheurs engendrés par l’Etat et leur politique sont en réalité issus de ceux qui ne font pas de politique mais créent des richesses et des emplois.

« Les libéraux ont toujours été la cible des dictateurs »

Et oui, pointons du doigt ces sales libéraux qui, au lieu de vouloir le pouvoir, veulent s’enrichir honnêtement par leur travail sans  partager les fruits de leurs efforts. Aussi permettons aux politiques de les spolier au nom d’une majorité pour leur montrer que ce n’est pas bien de travailler. N’est-ce pas que le monde se porterait mieux sans ces richesses créées qui plus est, génèrent des emplois productifs ? Continuons à laisser le politique créer des emplois improductifs, peu importe l’impact sur l’économie, et nous prouver son utilité de pillard. La politique de la terre brûlée, c’est une aubaine, non, du moment qu’elle est conduite contre l’ultralibéralisme ? Déshabiller les uns pour habiller les autres par la force de l’Etat tout en se servant grassement au passage c’est un acte politique courageux, non ? Voyons citoyen, il y a urgence à ce que tu reviennes à la raison. La déclaration des droits de l’homme et du citoyen devait te garantir de cette folie des gouvernements. Sache reconnaître chacun de tes ennemis : s’il te parle d’ultralibéralisme, fuis-le !

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.