Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

Moriarty et Alabama Shakes : Going South !

 

Deux groupes sortent en même temps leur nouveau disque, Moriarty et Alabama Shakes. Ces deux groupes ont un point commun : la musique du sud des Etats-Unis, du folk, de la soul et parfois de la country !

Moriarty est un groupe franco-américain qui a choisi son nom en hommage au roman de Jack Kerouac “Sur la route”. Depuis leur création, ils se sont toujours inspirés de cette musique sudiste. Aujourd’hui paraît « Epitiaph », leur dernier opus. Et l’on retrouve Moriarty là où on les avait quittés ! Toujours cette impression de partir vers les confins des Etats-UniS, presque au Farwest… Et pourtant malgré ces retrouvailles, on est tout de même surpris par ce nouveau disque où le blues / rock  flirte parfois avec la country. La grande force de Moriarty reste la voix surprenante de leur chanteuse, Rosemary Standley qui est l’identité du groupe. Il me tarde de voir ce groupe sur scène car il paraît que leurs performances sont mémorables… Malgré le titre de l’album, “Epitaph”, il est à espérer que Moriarty n’en est pas à son dernier disque.

« J’ai adoré ce disque »

Alabama Shakes c’est ce groupe américain qui vient de l’Alabama ! Logique… Comme Moriarty, c’est encore vers la musique du sud des Etats-Unis que nous entraîne ce groupe… Leur premier album, “Boys and Girls”, avait fait l’effet d’une bombe, d’une bombe soul et groovy ! Leur deuxième album confirme et de quelle manière ! Il faut dire qu’Alabama Shakes c’est, en premier, la voix de Brittany Howard, voix éraillée et pleine de rage qui n’est pas sans rappeler ses illustres aînées : Janis Joplin et Aretha Franklin, pas moins. Vous avez déjà compris que j’ai adoré ce disque, qui n’est pas dans la nostalgie d’une soul rétro mais dans une traduction moderne et électrique de cette musique. Le titre du disque est particulièrement bien choisi : “Sound and Color”, “Son et Couleur” qui traduit bien l’atmosphère chaude et colorée de l’ensemble.

Une exposition originale à la Cinémathèque : celle-ci rend hommage aux dessinateurs de Charlie Hebdo de manière cinéphile… Ce sont une quinzaine d’affiches qui sont exposées ; mais pas n’importe lesquelles puisqu’elles sont signées Wolinski, Charb et d’autres dessinateurs de Charlie Hebdo. On reconnaît le trait de Wolinski pour les films « Un moment d’égarement» (Claude Berri, 1977) et «Le roi des cons» (Claude Confortès, 1981). L’exposition dure jusqu’au 31 mai dans le Hall de la Cinémathèque de Toulouse (69, rue du Taur).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.