Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Monnaie n’est pas richesse !

Expliquer de nos jours que «monnaie» et «richesse» sont deux choses différentes, n’est pas toujours chose simple dans notre société intoxiquée à “l’argent public”. Aussi dans ce but, en préambule, il me semble fondamental de partager ce conte :

« Un roi, ayant trouvé jadis en son royaume quelques mines d’or, employa la plus grande partie de ses sujets à extraire et à raffiner cet or, ce qui fut la cause que les terres demeurèrent en friche et que la famine commença. La reine, qui était prudente, s’émut de charité envers le pauvre peuple, et fit faire secrètement des poulets, des chapons, des pigeons en pur or. Quand le roi voulut dîner, elle lui fit servir ces viandes d’or, ce dont il fut charmé, car il ne comprit pas d’abord le but de la reine; mais voyant qu’on ne lui apportait rien qui pût se manger, il perdit patience et fut pris d’une grande colère. Sur quoi la reine le supplia de considérer que l’or n’était pas la nourriture; mieux valait lui dit-elle, employer ses sujets à cultiver la terre toujours productive, qu’à chercher l’or toujours impuissant à calmer la faim, la soif, l’or n’étant rien que par l’estime qu’en ont les hommes, estime qui se changerait en mépris, si ce métal cessait un beau jour d’être rare. Il m’a toujours paru que cette reine pensait et parlait de bon sens. »

« Pourquoi notre pays est dans l’impasse »

Appliquez ce conte au monde actuel et vous comprendrez pourquoi notre pays est dans l’impasse. Remplacez le roi par l’État et l’or par l’euro. Voyez, que pour assurer leur train de vie, l’obsession autoritaire du roi à l’extraction de l’or dans les mines correspond à celle des politiques de spolier de la monnaie dans les poches des citoyens. Oh, certes l’État apporte autoritairement des services dits “publics” mais rapprochons-les des « viandes d’or » du conte. Constatez que le résultat de l’organisation politique actuelle, malgré l’augmentation des budgets de l’État, se traduit par l’appauvrissement de la société et l’asphyxie économique. Vérifiez que la période de prospérité antérieure s’était accomplie avec un État moins prolixe en lois et impôts. « L’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue » dit le proverbe. Précisons que l’argent est loin d’être l’élément du succès : il n’est qu’un moyen, pas la fin pour la civilisation humaine ! Atteindre le but d’un échange est possible sans monnaie étatique. Une chose est certaine : tant que la monnaie sera aux mains de dirigeants politiques, l’économie sera biaisée. Seul l’échange libre et consenti possède une valeur et doit être la règle universelle. Tout ce qui est contraint finit toujours en malheur. La France est aujourd’hui très mal engagée pour penser et parler de « bon sens ». Être à l’origine des droits de l’homme et du citoyen n’autorise pas à faire n’importe quoi.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.