Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Mohamed Merah: Ce que l’affaire ne dit pas…

Au-delà des rebondissements que ne manquera pas d’apporter cette affaire, d’Etat… Tant dans la date des faits, la manière dont auront été suivis les frères Merah, comme au déroulé dans l’arrestation du cadet, après avoir commis les crimes que l’on sait…

Pour moi, aujourd’hui, il existe des non-dits qu’il est temps d’aborder, si l’on ne veut pas que demain notre pays soit le théâtre d’affrontements entre populations d’origines comme de religions diverses… L’affaire Merah pourrait ne pas être ce hasard. On le sait, la nature a horreur du vide et le danger est là. L’une de ses sœurs l’a malheureusement rappelé récemment…

 

Avons-nous trahi nos Pères ?

 

Cet édito n’est pas là pour imposer une opinion, une vérité voire des vérités mais simplement poser des questions dans l’espoir qu’elles amèneront un peu de lumière dans le débat et une prise de conscience…

Alors, avons-nous trahi nos Pères ? C’est ce que me remet en réflexion l’actualité de ces derniers mois avec un gamin, né sur le territoire français mais qui ne se reconnaît pas des nôtres. Avec tout ce que cela sous-entend d’incompétence, de faiblesse, de la part des pouvoirs publics, comme des parents. D’incapacité à appréhender et surtout à reconnaître que, faute de remède radical, le pire est à venir. Une société dont je suis et assume ma part de responsabilité. Car nous avons failli à tous les niveaux, pour n’avoir pas su voir les vrais problèmes, poser les vraies questions et faire respecter les règles de démocratie qui sont les nôtres.

Non, nous n’avons pas su opposer à toutes ces dérives communautaires, la Laïcité. Cette «règle» supérieure d’un vivre ensemble dont la garantie devrait en permanence nous être apportée par l’Etat avec la liberté de conscience et du droit d’exprimer ses convictions. Sauf qu’elle ne sort d’aucun catéchisme, ne contient aucun secret si ce n’est celui de permettre à l’Homme de s’épanouir, de rester libre et debout. Et l’erreur aura peut-être été, pour certains de nos leaders, de penser qu’ils avaient inventé une autre religion. Celle qui de toute évidence aurait dû rassembler tous les hommes, toutes les confessions. Sauf que là comme ailleurs, les discours ne suffisent pas. Ni la dialectique, ni l’agrément n’y suffisent ; il y faut la passion, le respect de l’Autre. Ce sont les actes qui comptent… La règle du «mieux vivre ensemble» a besoin pour s’exprimer d’un cadre sinon c’est le chaos qui nous guette…

La laïcité n’est rien d’autre que l’affirmation de l’humanité de l’Homme, de sa capacité à choisir : la compréhension plutôt que la soumission à un dogme, la critique plutôt que la simple obéissance, le doute plutôt que la certitude… Penser par ses propres forces, sans soumission à quelques gourous ou dogmes que ce soit.

Mais elle fait aussi que même si un terroriste français de confession musulmane abat des militaires français, majoritairement eux aussi de confession musulmane, puis va tuer à bout portant, dans une école juive des enfants et un père de famille, nous proposons pour toute réponse de voir des familles dignes malgré la douleur, qui n’appellent même pas à la haine de l’Autre. Pas de voitures brûlées pas de magasins pillés, pas d’affrontement face à la police…

 

Où est la vérité ?…

 

Devant ce drame qui a touché des Hommes de toutes confessions, martyrisé trois petits anges qui s’éveillaient à la vie et à Dieu… le Père, le Grand-Père et le croyant que je suis, après avoir séché ses larmes et contenu sa haine, ne peut rester muet. Il se demande quelle est la bête immonde qui habitait le gamin qui portait l’arme, habite ceux qui l’ont armé, que l’on se doit de châtier coûte que coûte et même de poursuivre jusqu’en enfer. Car je ne peux croire, comme le discours officiel, à droite et à gauche, voudrait nous le faire croire, qu’il ait agi seul et sans une logistique appropriée, qu’il soit, sur le territoire français, un cas quasi unique, qui n’avait pas toute sa tête. Sauf qu’ils pourraient être plutôt des milliers, à vivre sur notre territoire et pour qui, l’humanisme que je prône et défends, ne serait que discours de pacotille à offrir à des illuminés qui ont l’audace de croire qu’ils sont capables de changer le genre humain.

Oui, on se doit de donner des réponses adaptées à la situation, d’être assurés que des pays étrangers, avec leurs pétrodollars, ne font pas de l’entrisme pour être demain ni plus ni moins que le cheval de Troie qui déstabilisera notre République pour nous imposer leurs règles et valeurs humaines.

Pour le «Pied Noir» que je suis, qui a l’habitude de dire que son pays c’est le Maroc et la France sa patrie, qui dans le même temps et depuis toujours a à cœur de défendre l’Etat d’Israël… Il est temps de regarder la vérité en face et de la crier tout haut… oui, il est déjà bien de regarder le monde tel qu’il est, et de se demander : « pourquoi ? » Mieux encore serait de voir ce qu’il pourrait être et de se dire : « pourquoi pas ? »

 

André Gallego

Directeur Ligne éditoriale Journal Toulousain

Président de France Génération Plurielle

andreg@aol.com

 

 

Cet édito n’est pas là pour imposer une opinion, une vérité voire des vérités mais simplement poser des questions dans l’espoir qu’elles amèneront un peu de lumière dans le débat et une prise de conscience… 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.