Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Métro, boulot, dodo… loto !

La récente lettre ouverte d’un PDG d’une société de Labège dénonçant la décision du président de la métropole de repousser la prolongation de la ligne B du métro de Toulouse aux calendes grecques, engage un débat aussi inutile que stérile.

Nous sommes au cœur de ce que Frédéric Bastiat écrivait déjà au XIXe siècle : « L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » Nul ne doit douter qu’à notre époque, ce grand économiste français assimilerait les collectivités locales à l’État.

Le politicien peut faire les plus belles promesses du monde, elles n’engagent que ceux qui y croient. Le jeu politique actuel est simple : ils n’engagent pas leur argent dans les réalisations, mais celui des autres en laissant supposer qu’ils sont les artisans du développement… tout en obtenant leurs propres revenus du butin fiscal.

Ce PDG a une société qui se développe ? Soit. Mais il n’est pas le seul. Ses clients étrangers pourraient venir en métro de l’aéroport à Labège sans perdre de temps dans les bouchons ? Probable. Mais les bouchons sont le quotidien de toute métropole, même équipée d’un métro.

« Que les citoyens s’approprient la responsabilité du développement du territoire »

Pourquoi ne pas crée-t-il pas une association de financement du métro indépendante du politique ? S’il en arrive à trouver le budget rapidement, il est vraisemblable que cela changerait la donne. Le métro est un moyen de transport en compétition avec les autres modes de transport comme l’auto, le vélo ou la moto. Il répond à un besoin, certes, mais pourquoi devrait-il être financé par ceux qui ne l’utiliseront jamais ? Ce n’est pas parce que c’est un moyen collectif de transport qu’il existe un intérêt commun supérieur à celui d’avoir un réseau routier digne de ce nom.

Si quelque chose est à réinventer dans ce doux pays drogué à l’assistanat politique, c’est que les citoyens s’approprient la responsabilité du développement du territoire au lieu de laisser faire des incompétents économiques, j’ai nommé les politiciens, dont le pouvoir doit se limiter à la garantie des droits. Pourquoi s’imaginer qu’une personne (ou liste de personnes) issue d’une élection peut être omnisciente uniquement parce qu’une majorité l’a portée au pouvoir ?

Comme la guerre n’est jamais une solution pour apporter la paix entre deux pays, la guerre électorale ne sera jamais la solution pour un peuple confronté à lui-même. Si vous n’en êtes pas convaincu, alors jouez au loto, vous aurez une meilleure chance de faire votre bonheur au lieu de vous illusionner par le politique.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.