Nicolas Lafforgue
Nicolas
Lafforgue
Ma semaine précaire

Manu Macron et Shakaponk

C’est la rentrée. Et ce n’est pas trop tôt… Je n’en pouvais plus de ne plus écouter de musique en live. Ecouter de la musique en live l’été, ça veut dire boire sa bière dans un gobelet réutilisable et avoir « frais » quand à 22h30 tu n’arrives pas à bouger ton corps devant de l’électro swing … Donc enfin, on va pouvoir s’enfermer dans de petites caves pour écouter des groupes jouer des trucs cools et boire nos bières dans des verres en verre. La vie quoi. J’ai profité de cet été pour avoir plein de discussions super intéressantes sur la musique avec plein de gens super intéressants. Il se trouve que le hasard a fait que j’ai discuté du bénévolat dans les festivals avec deux personnes différentes. Donc l’idée de base c’est « sont gentils les mecs ils demandent de bénévoler et ils filent 10 barres à Bernard Lavilliers et vendent leurs mousses 3 euros 50. » Voilà l’idée. En gros. C’est bien de mettre des logos altermondialistes sur les affiches de vos festivals, des gobelets qui sentent le plastique et des toilettes sèches mais vous ne faites pas mieux que Manu Macron. (Je l’appelle Manu, on aurait pu aller à l’école ensemble si moi aussi j’avais été blindé de thunes). On appelle ça bosser pour rien et permettre de faire des ronds pour les donner à ceux qui n’en ont pas besoin : les têtes d’affiches et les vendeurs de bière. Alors l’argument qui suit c’est « oui, mais le bénévolat permet à ceux qui n’ont pas l’argent d’aller au festival, d’avoir des entrées gratuites et voir des groupes ».

“Actuellement, Manu Macron il a un gros job fictif”

C’est vrai, et ça pourrait effectivement rabattre mon énorme caquet. Mais dire ça, c’est accepter qu’aujourd’hui la culture n’est pas accessible pour tous. Embêtant pour des festivals qui prennent des subventions de la région en mettant sur leurs dossiers « culture pour tous ». Enfin, moi je trouve ça embêtant. Donner un peu moins à Shakaponk ou à tout autre artiste qui prend 10 barres pour se déplacer, vendre ses places moins chères et payer les mecs pour vendre des bières, donc leur permettre de s’acheter des pâtes, serait, je pense, sur le coup, alternatif. Enfin un peu plus. Attention, là je parle des grosses machines festivalières qui vivent massivement des subventions et permettent à dix groupes de tourner pendant deux mois. Je ne parle pas des festivals où les artistes sont pour la plupart bénévoles. Vous l’aurez compris. Moi je dis ça pour éviter de l’emploi déguisé. Je suis un bon citoyen qui s’inquiète de l’économie. C’est comme, à l’inverse, les emplois fictifs, les mecs payés à rien faire. Ben ça m’énerve pareil vu que moi personne ne veut m’en proposer un d’emploi fictif. Actuellement, Manu Macron il a un gros job fictif. C’est le job de ministre de gauche. Il est payé pour ça et tout. Par un gouvernement de gauche fictif. En fait les mecs sont tous d’ultra droite. Ils laissent des gens crever dans la méditerranée, ils tapent sur les plus pauvres, ils expulsent les sans-papiers, chérissent le MEDEF et la FNSEA et se roulent dans la fange raciste en demandant des contrôles au faciès dans les trains. Depuis trois ans, on a une flopée d’imposteurs. En même temps vaut mieux qu’ils acceptent ce statut d’imposteur vu que s’ils ne l’acceptent pas on serait obligé de reconnaitre tous ensemble qu’ils sont alors des traitres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.