Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Mal traités les fonctionnaires ?

Le débat de la rémunération des fonctionnaires trouvera-t-il une issue sans effusion de larmes ? Surement, surtout lorsque les fonctionnaires prennent conscience de la manipulation dont ils font l’objet. Une de mes amies, fonctionnaire, m’écrivait récemment : « mon salaire de fonctionnaire ne suit pas l’inflation (je perds donc du pouvoir d’achat chaque année) mais le plus douloureux est que ma feuille d’impôts a elle explosé : +30 % sans changement de revenu ni de situation familiale entre 2013 et 2014 ! Mère de famille et fonctionnaire, cette augmentation est due uniquement au plafonnement des déductions liées aux frais de garde de mes enfants (je travaille beaucoup et j’ai des enfants oui !) et au plafonnement du quotient familial. »

Ayant affirmé que son revenu ne dépendait que de la collecte des impôts, elle souhaitait simplement me dire que « non, malheureusement ». Mais en comparant ce que son revenu lui permet de faire ou de ne plus faire, elle évoque en fait son pouvoir d’achat, pas la source de son revenu. A ce stade reformulons.

Tout d’abord, elle ne perçoit pas un salaire, mais un traitement. Ce qui est versé pour ce traitement est bien issu de la coercition fiscale sur le secteur marchand. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le démontrer dans une précédente chronique, le fonctionnaire pourrait être payé en net d’impôts que cela ne changerait rien au bilan des finances publiques : aucune recette supplémentaire, même niveau de dépenses. Les impôts sont exclusivement payés par le privé.

Si un patron disait à son salarié : « je te paye 10 000 € et je t’en reprends 3 000 € pour ta participation aux frais de l’entreprise », il se ferait traiter d’escroc car ce sont les commandes-clients qui font vivre l’entreprise et ses salariés. Constatez que l’Etat use et abuse de ce principe « je te reprends une partie de ce que je t’ai donné » avec le traitement et l’impôt sur le revenu du fonctionnaire. L’augmentation des impôts de mon amie réduit son traitement mais n’augmente pas le budget de l’Etat, c’est une réallocation de dépenses publiques qui sera effectuée par les politiciens au détriment du fonctionnaire.

Ainsi l’Etat trompe mon amie en modifiant sa niche fiscale « frais de garde » et son quotient familial comme il trompe les entreprises et les salariés en modifiant régulièrement les règles fiscales. Comprenons que ces faux droits accordés par l’Etat, exclusivement économiques, le sont parce que l’Etat spolie injustement les ressources du secteur privé et qu’il les redistribue arbitrairement. Avec l’utilisation de l’inflation, le déficit ou la dette sans aucune rigueur intellectuelle et morale, les politiciens entretiennent l’illusion que tout va bien. Les ennuis commencent lorsque le bout du bout est atteint. Nous y sommes !


UN COMMENTAIRE SUR Mal traités les fonctionnaires ?

  1. Alcofribas Nasier dit :

    Et à votre amie, vous lui dites qu’elle profite de la spoliation du privé? J’en doute…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.