Marc Sztulman
Marc
Sztulman
Un Toulousain concerné

ll était une fois la municipale…

Avec la régularité d’un train sifflant trois fois avant l’entrée en gare, la campagne pour l’élection municipale arrive, et comme dans tout bon western, elle nous promet son lot de mesquineries, de démagogie et de trahisons. Si aujourd’hui, comme les mercenaires, les candidats sont 7, parions sans risque qu’à la fin, l’Hôtel de ville n’appartiendra qu’à un seul ! Avant de porter l’étoile, encore faut-il pour les candidats à la mairie battre la campagne. Cette dernière s’apparente malheureusement parfois à l’élection d’un shérif. Pourtant, ce dont une métropole de 445 000 habitants a besoin, ce n’est pas d’un shérif, mais  d’un maire assurant le « vivre-ensemble ». Sur le terrain en vogue de la sécurité, le maire n’est compétent qu’en matière de police administrative, c’est-à-dire que son action doit viser la prévention des infractions et non leur répression. Alors à chaque fois qu’un candidat, en mentant comme un arracheur de dent, explique qu’il poursuivra les délinquants, ce n’est pas de la démagogie, mais de la désinformation et, tout comme avec un shérif ripoux, la promesse délibérée d’un abus de droit… Dans le Far-West, tout est permis pour incarner la loi… Même du point de vue des compétences réelles de la municipalité, il existe un décalage entre les problématiques mises en avant par les candidats et celles quotidiennes des Toulousains. Et, tout comme pour  l’homme à l’harmonica dans le chef d’œuvre de Sergio Leone, si le maire doit assurer la sécurité, rien ne l’empêche de le faire en musique ! Dans la majorité des programmes,  si la sécurité ou les transports sont documentés, il n’en va pas de même pour le maintien d’un  projet culturel cohérent. Et n’abordons même pas le développement des crèches, la place des écoles, la mutation des modes de transports, ou l’organisation des CLAE face aux obligations du service minimum… Ces « détails », qui font pourtant la vie des Toulousains. Ce mépris des « détails » constitue une dérive grave de la politique actuelle, qui amène à considérer les électeurs comme des seconds rôles, des êtres désincarnés n’existant qu’en chiffre de  sondages et intéressés uniquement par les grandes problématiques nationales. Ces dernières si elles ont leur importance, ne doivent pas occulter que le futur maire n’a aucune compétence pour réguler l’immigration ou enfermer Joe Dalton… Alors, par respect pour toutes ces femmes et ces hommes qui vivent à Toulouse, je ne peux qu’encourager nos sept mercenaires à prendre en compte le quotidien des Toulousains et à laisser de côté les grandes déclarations généralistes – pour ne pas dire superficielles. Car, si le diable est dans le détail, gageons que c’est le goût des détails qui emportera l’élection…

Journaliste politique de Radio Kol Aviv (101 fm)

@msztulman

 


4 COMMENTAIRES SUR ll était une fois la municipale…

  1. Romain JAMMES dit :

    Bien je crois que le projet de la liste “Place au Peuple” va te ravir alors =)

    Quelques idées, loin d’être complètes :http://www.pg31.fr/articles/place-au-peuple-cest-parti

  2. Léon Batbie dit :

    Le respect des compétences ne signifie pas le respect des incompétents. La “Place au peuple” va ravir en ce qu’elle fait place à la deuxième catégorie.

    De gauche ou de droite les extrêmes se rejoigne lorsque l’échiquier politique est refermé.

  3. marc31 dit :

    Certes il est important de ne pas confondre election municipale et nationale mais le futur sherif de Toulouse s’il veut etre élu ne pourra pas se décharger du probleme de la violence (qui malheureusement ne fait qu’augmenter) sous prétexte que cela ne rentre pas dans ses attributions Il dispose tout de meme d’une police municipale, de la possibilité d’équiper certains quartiers de video surveillance, qui s’il ne regle pas définitivement le probleme permette souvent de résoudre plus rapidement certaines affaires. Je ne sais pas quel type de sherif les toulousains vont élire, mais gageons que si des actions fortes ne sont pas prises dans ce sens, tous les indiens et géronimo en tete ont encore de beaux jours au seing de notre cité…

  4. Lattes j-Michel dit :

    Une analyse juste et de qualité, comme ´habitude !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.