Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

L’imaginaire économie sociale-libérale !

S’il existe un mythe en économie, c’est supposer qu’un gouvernement puisse pratiquer une politique économique, a fortiori sociale-libérale. Cependant, combien formulent qu’une telle idée associe les bienfaits du socialisme aux méfaits du libéralisme. “Libéral” est pour eux le mot “honni” dans une France intoxiquée à la connivence du centralisme gouvernemental.

Tout d’abord, intégrons qu’un pays libéral se traduit par un pouvoir politique qui n’intervient pas dans l’économie. Il applique strictement l’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : le pouvoir politique se limite juridiquement à la garantie du droit de chacun d’être libre. En aucune façon, il ne peut attribuer des droits de contraindre les individus à un quelconque système collectif.

Rappelons que l’économie est la science des échanges économiques. C’est la liberté des échanges de produits et de services qui permet aux êtres humains de sortir de la misère par la coopération pacifique. On ne devient riche que du produit ou du service échangé. Une monnaie, si elle est nécessaire lors de l’échange, ne sert qu’à faciliter les échanges futurs.

« Le pouvoir politique se limite juridiquement à la garantie du droit de chacun d’être libre »

Or, la double erreur pour un peuple de laisser intervenir le moindre pouvoir politique dans l’économie, c’est de considérer que le politicien possède une légitimité économique et que la monnaie est la finalité économique à laisser aux mains des gouvernants.

N’ayez aucun doute sur le véritable dessein de l’abus de pouvoir. Le premier réflexe du politicien est de se servir sur le butin fiscal. La fiscalité est la légalisation du brigandage politicien. Et ce vol fiscal vous parait légitime car il existe depuis votre naissance. Comme en d’autres temps, l’esclavagisme semblait légitime car l’enfant d’esclave naissait esclave. Tout vol, à l’instar de l’esclavage, est un crime. Et ce n’est pas parce que des textes dits “légaux” organisent ce vol au nom de cette fiction “État” que c’est socialement juste et acceptable. C’est une grave atteinte au droit de propriété individuelle.

Ainsi toute intervention politique dans l’économie s’analyse comme un crime contre l’homme. Accoler “social” à “libéral” est soit une impasse si social signifie “intervention politique”, soit un triple pléonasme car l’économie est politique par nature. Vouloir une “politique économique” est une forme de dictature alors qu’un pays libéral place sa confiance dans chaque homme qui est responsable de ses décisions économiques et de sa capacité à être généreux.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.