Severine Sarrat
Severine
Sarrat

Les Toulousains en difficulté

 

Pendant que certains se frottaient les mains suite au tirage au sort pour la Coupe du Monde 2014 (La Suisse, le Honduras et l’Equateur dans le groupe de la France), à Toulouse les cœurs étaient moins à la fête. Quasi simultanément, le Stade Toulousain recevait le Connacht à Ernest Wallon, quand le TFC accueillait Montpellier au Stadium. Dans les deux cas, les Toulousains n’ont pas réussi à s’imposer et peuvent logiquement nourrir des regrets. Du côté des Sept Deniers, les Rouge et Noir n’ont jamais trouvé de solution face au Connacht même si un essai avant la mi-temps du jeune Barraque aurait pu donner l’illusion d’une réaction. Les Toulousains ont tenté de jouer, mais la défense solide des Irlandais annihilait toute tentative. Quand une stratégie de jeu ne porte pas ses fruits, il faut en changer. C’est d’ailleurs ce qu’a demandé Guy Novès à ses hommes : « Je leur ai demandé de rejouer dans l’axe et de les prendre physiquement. » Pourtant, sur le terrain, les Toulousains persistent à faire circuler la balle, même si l’essai finalement inscrit en force par Thierry Dusautoir, démontrera que Guy Novès avait raison. Défait 14-16, le Stade Toulousain vient donc de griller son joker, juste avant la revanche au Connacht. L’entraîneur a cru bon de préciser qu’ « au moins, les joueurs ne vont pas se préparer en se disant que ça va être facile ! » Est-ce ainsi que ses hommes ont donc appréhendé la rencontre du week-end dernier ? Si c’est le cas, il faudra se rendre en Irlande avec un tout autre état d’esprit car si la qualification n’est pas encore perdue, elle s’éloigne, de même qu’une chance de disputer un hypothétique quart de finale à domicile.

Les TFCistes sont eux, parvenus à limiter les dégâts, en terminant la rencontre sur un match nul (1-1) face à Montpellier. L’envie a été la principale carence des Violets mais aussi la principale force des Montpelliérains. Galvanisés par leur changement d’entraîneur en cours de saison, les Héraultais ont su profiter de toutes les occasions quand les Toulousains laissaient à leur adversaire d’un jour, cadeau sur cadeau. Un pénalty raté, l’expulsion de Zébina… Et même si les hommes d’Alain Casanova ont tenté de réagir, avec un but d’Aguilar, la rébellion était tardive. Au-delà d’assurer un match nul, j’aurais plutôt tendance à dire que le TFC a réussi à ne pas perdre. Comme à son habitude, les Violets ont du mal à démarrer les rencontres, ce qui les place systématiquement dans une situation de course après le score. Pour le Stade Toulousain, autant que pour le TFC, il s’agit-là d’un beau gâchis avant des rencontres plus disputées au Connacht pour les premiers et à Nantes pour les seconds.

 

Séverine Sarrat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.