Philippe Bapt
Philippe
Bapt
Quelque part au fond à gauche...

Les extrêmes me saoulent, c’est clair !

Je me baladais sur l’avenue… Le cœur pas trop en fête c’est certain ce week-end. La place de la République passée avec respect, je me réjouissais que l’avenir de la planète passe par ma capitale via la COP21 sous l’égide de l’ONU, synonyme de paix. Certes, l’état d’urgence combiné à un surplus de sécurité donne un air étrange à ces grands boulevards. Je comprends la volonté affirmée de ne pas autoriser des rassemblements publics. Ce que je ne comprendrais jamais ce sont ces casseurs pour qui il faut en découdre avec les forces de l’ordre. Et le lendemain à la lecture de réactions dites politiques d’Olivier Besancenot à l’impayable Jean-Luc Mélenchon en passant par Julien Bayou, je m’aperçois ne plus supporter en peinture cette gauche qui justifie tout pour quelques voix. L’état d’urgence serait trop restrictif… cela suffirait à tout justifier même la destruction partielle du “monument aux morts” des attentats place de la République ? Je dénonce et ne m’associerai jamais à ceux qui haranguent le public le matin et s’étonnent faussement naïvement le soir des suites des mouvements qu’ils déclenchent… voire justifient presque des violences. Ce n’est pas ma gauche !

À l’autre bout de l’échiquier, à deux jours de la fin de la campagne électorale du premier tour pour ces régionales, je souhaite aussi prendre position contre la tentation FN. De courageux journaux du Nord ont ainsi décidé d’éclairer les citoyens (é)lecteurs.

À ma modeste place, je veux ici apporter ma pierre à ce choix éditorial pour ma région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Jusque-là, je lisais, écoutais les déclarations de la famille Le Pen : tante et nièce, Nord et Sud, pour les élections régionales. L’observation d’un FN “polissé” dans le Nord, plus “canal historique” en PACA donnait déjà à réfléchir. Mais le succès annoncé par les sondages a provoqué un effet d’emballement verbal chez les têtes de liste, tel Louis Aliot “gendre de”, pour au final redécouvrir (pour ceux qui avaient les yeux fermés et les oreilles bouchées) que les vraies idées de la mouvance FN sont toujours ‘’corporate’’ donc celles de l’ancêtre : Jean-Marie. Soit:

- Retour des femmes à la maison,

- Arrêt des aides au planning familial,

- Création d’une milice municipale,

- Inégalité de citoyens,

- Culture amoindrie,

- État d’urgence permanent,

- Diffamation, insinuation systématique,

- Retour de la censure,

- Laïcité tronquée…

Et pour quels résultats économiques ? Strictement aucun.

“Les vraies idées de la mouvance FN sont toujours ‘’corporate’’ donc celles de l’ancêtre : Jean-Marie.”

En version sectaire en plus. J’éclaire mon avis. Le propre des sectes est de dénigrer ce qui n’est pas elles. Le système binaire de base : pour ou contre. À quoi avons-nous droit depuis des mois ? Un journal publie un sondage commenté, positif pour le parti d’extrême droite, alors s’élèvent les voix de ce parti pour exprimer leur victoire par anticipation. Le même organe de presse publie un article commenté, défavorable pour ces personnes… et les mêmes voix fustigent l’objectivité des journalistes en les diffamant publiquement : « achetés », « vendus à » ! Pour ou contre… et si aucune solution, le gourou esquive. Ah oui, j’ai écrit gourou. Il faut bien reconnaître que guide ça a déjà été pris. Pourquoi je me permets ? En restant objectif depuis 2012 j’ai l’impression que la “fille, compagne et tante de” se présente partout : toutes les circonscriptions, tous les cantons et toutes les régions. L’omniprésence sur les documents de tous les scrutins entête tout de même.

Le gourou énonce des vérités, mais les respectent-elles lui-même? Pas toujours… dans notre cas, « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais » : des T-shirts du parti (2015 : made in Maroc, 2012 : made in Bangladesh), au financement issu de modestes banques inféodées à un pouvoir de pays étranger.

Bref si les autres ne sont pour vous pas bons, ceux-là sont vraiment très néfastes.

Les 6 et 13 décembre, on voudrait nous imposer une sous-France. Mais l’année 2015 a été bien marquée par assez de souffrances, ne croyez-vous pas ? Alors, pourquoi s’en infliger une de plus ? Allez voter.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.