Thomas Simonian
Thomas
Simonian

Les Césars dans la simplicité

Qui a dit qu’un gros budget était la clé d’un film à succès ? Espérons-le, personne. Preuve en est, la sélection toute fraîche des nommés à la prochaine cérémonie des Césars (le 20 mars prochain) n’a rien d’extravagante. Des histoires humaines, des acteurs brillants, des décors naturels. La recette était là, dans la plus simple simplicité.

Camille redouble, de Noémie Lvovsky, au top de sa forme avec treize nominations à son compteur (cf. critique du 13 septembre 2012). Bien placée dans la course au bonhomme doré, cette comédie irrésistible n’a certainement rien à envier aux blockbusters impétueux. La réciproque devrait pourtant être de mise.

Sur la même longueur d’onde, le film Le prénom, d’Alexandre de La Patellière et de Matthieu Delaporte, adaptation de la pièce de théâtre éponyme, nommé lui-aussi dans la catégorie Meilleur film. Le prénom, ou la preuve qu’un seul décor – l’appartement d’un futur couple de parents – peut être l’objet d’un huis-clos décapant.

Tout comme le long-métrage franco-autrichien de Michael Haneke, Amour, (cf. critique du 24 octobre 2012), déjà récompensé à Cannes, qui raconte la passion amoureuse d’un couple de retraités, le tout, dans leur appartement.

Au beau milieu de la tempête financière qui agite le cinéma français ces dernières semaines – salaires mirobolants des acteurs, exil fiscal d’une icône -, ce vent de simplicité apaisera, au moins quelques jours, les esprits des contempteurs.

Verdict : le 22 février, en direct et en clair sur Canal+, pour une cérémonie présidée par Jamel Debbouze et présentée par – on ne s’en lasse pas – Antoine de Caunes.

 

Ariane Riou

 

Liste complète des nominés :

 

MEILLEUR FILM : Les Adieux à la reine, Amour, Camille Redouble, Dans la maison, De Rouille et d’os, Holy Motors, Le Prénom

 

MEILLEUR RÉALISATEUR : Benoit Jacquot, Michael Haneke, Noemie Lvovsky, François Ozon, Jacques Audiard, Leos Carax, Stephane Brizet

 

MEILLEURE ACTRICE : Marion Cotillard, Catherine Frot, Noémie Lvovsky, Corinne Masiero, Emmanuelle Riva, Léa Seydoux, Hélène Vincent

 

MEILLEUR ACTEUR : Jean-Pierre Bacri, Patrick Bruel, Denis Lavant, Vincent Lindon, Fabrice Luchini, Jérémie Rénier, Jean-Louis Trintignant

 

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE : Valerie Benguigui, Judith Chemla, Isabelle Huppert, Yolande Moreau, Edith Scob

 

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE : Guillaume de Tonquédec, Samir Guesmi, Benoit Magimel, Claude Rich, Michel Vuillermoz

 

MEILLEUR FILM ÉTRANGER : Argo, Bullhead Laurence Anyways, Oslo 31 Août, La Part des anges, Royal Affair, A perdre la raison

 

MEILLEUR PREMIER FILM : Augustine, Comme des frères, Louise Wimmer, Populaire, Rengaine

 

MEILLEUR DOCUMENTAIRE : Bovine ou la vraie vie des vaches, Duch, le maître des forges de l’enfer, Les Invisibles, Journal de France, Les nouveaux chiens de garde

 

MEILLEUR FILM D’ANIMATION : Edmond était un âne, Ernest et Célestine, Kirikou et les hommes et les femmes, Oh Willy, Zarafa

 

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN : Felix Moati, Kacey Mottet Klein, Pierre Niney, Matthias Schoenaerts, Ernst Umhauer

 

MEILLEUR ESPOIR FEMININ : Lola Dewaere, Alice De Lencquesaing, Izia Higelin, Julia Faure, India Hair

 

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL : Adieu Berthe, Amour, Camille redouble, Holy Motors, Quelques heures de printemps

 

MEILLEURE ADAPTATION : 38 témoins, Les Adieux à la reine, Dans la maison, De rouille et d’os, Le Prénom

 

MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE : Les Adieux à la reine, Camille redouble, Dans la maison, De rouille et d’os, Populaire

 

MEILLEUR SON : Les Adieux à la reine, Amour, Cloclo, De rouille et d’os, Holy Motors

 

MEILLEUR MONTAGE : Les Adieux à la reine, Amour, Camille redouble, De rouille et d’os, Holy Motors

 

MEILLEURE PHOTOGRAPHIE : Les Adieux à la reine, Amour, De rouille et d’os, Holy Motors, Populaire

 

MEILLEURS COSTUMES : Les Adieux à la reine, Augustine, Camille redouble, Cloclo, Populaire

 

MEILLEURS DÉCORS : Les Adieux à la reine, Amour, Cloclo, Holy Motors, Populaire

 

MEILLEUR COURT-MÉTRAGE : Ce n’est pas un film de cow-boys, Ce qu’il restera de nous, Le cri du homard, Les Meutes, La vie parisienne

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.