Jean-christophe Nef
Jean-christophe
Nef
Quincaille culture a aimé

Les Assassins de RJ Ellory

De livre en livre, RJ Ellory se révèle comme un des meilleurs écrivains policiers de l’époque. Après la mafia, la CIA, les policiers de New York, les petits malfrats, Ellory s’intéresse ici aux tueurs en série. Il continue donc son exploration du “mal” américain. Et il le fait avec une virtuosité stupéfiante; sur près de 600 pages, il maintient un suspense incessant… Tout étant parfaitement maîtrisé et réussi : les personnages, l’histoire, le style et surtout le mélange entre fiction et réalité, puisque toutes les références aux plus célèbres tueurs en séries sont historiques. L’histoire est très originale :

« Lorsque quatre homicides sont commis à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne songe à faire un lien entre eux. Personne, sauf John Costello, documentaliste au City Herald qui travaille avec la journaliste Karen Langley. Au fil de ses recherches, il découvre que chaque meurtre a été commis à la date anniversaire d’un meurtre plus ancien perpétré par un tueur en série devenu depuis malheureusement “célèbre”. Y-aurait-il dans la ville un tueur qui s’inspire de ses prédécesseurs et leur rend ainsi un funèbre hommage ? Ray Irving, inspecteur de police, et John vont s’aider mutuellement pour résoudre l’énigme… »

« Ce qui est le plus impressionnant dans ce roman, c’est la conclusion de l’enquête »

Ce qui est le plus impressionnant dans ce roman, c’est la conclusion de l’enquête. On est passionné par le travail de l’inspecteur Irving mais quand arrive le moment de la révélation, lorsque l’on connaît enfin le nom de ce “commémorateur”, on s’aperçoit alors que l’intérêt principal du livre n’était pas dans la conclusion de cette enquête. Mais plutôt dans les rapports qui se sont noués entre Ray Irving et John Costello, en y rajoutant la journaliste Karen Langley. Car le nœud de l’histoire est bien là, dans la destinée de John Costello, survivant d’un tueur en série qui rencontrera son destin trente ans plus tard.

Alors, JR Ellory ne se révèle pas seulement comme un fantastique auteur de romans noirs mais, plus certainement, comme un grand écrivain (tout court) !

Coïncidence amusante : au moment où je terminais la lecture du dernier livre de RJ Ellory, j’apprenais sur sa page Facebook qu’il venait de terminer d’écrire son prochain roman… Il s’intitulera “Kings of America”… A suivre, donc !

 

Rendez-vous sur : www.quincailleculture.wordpress.com e     

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.