Philippe David
Philippe
David
L'esprit libre

L’égalité, un mythe

 

Les frontons de nos mairies sont tous ornés de la fameuse devise républicaine : Liberté, Egalité, Fraternité. Outre le fait que la liberté est une valeur à géométrie variable et la fraternité un vœu pieux, c’est le terme égalité qui prête le plus à confusion, d’aucuns confondant « égalité » et « égalitarisme ».
Dans un pays ayant théoriquement aboli les privilèges la nuit du 4 août 1789 et dans lequel la noblesse, le clergé et le tiers-état ont été remplacés par les seuls citoyens, on serait en droit d’espérer que tous les citoyens soient logés à la même enseigne mais, comme dirait le proverbe : « on peut toujours rêver »…
On passe pourtant du rêve au cauchemar en apprenant que l’ex directrice de l’INA ( Institut National de l’Audiovisuel) remerciée pour ses notes de taxis frôlant les 41000 euros en dix mois, dont 7600 pour son fils, alors qu’elle bénéficiait d’un véhicule de fonction avec chauffeur, vient d’être recasée. C’est dans son ministère d’origine, la culture, qu’a été crée un poste sur mesure de « chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ».

“Les énarques, la nouvelle noblesse”

Inutile de dire que ceci laisse rêveur dans la période de chômage de masse et d’insécurité sociale que nous vivons, dans un pays où des salariés de supermarchés ont été licenciés pour avoir pris des produits périmés qui avaient été bennés…
Inutile de dire que l’impunité dont bénéficient les membres de la nouvelle noblesse officielle, les énarques, même après s’être tout permis avec l’argent des contribuables, fait sonner des envies de révolte dans un pays où on demande chaque jour aux citoyens de se serrer toujours plus la ceinture, de hausses d’impôts en stagnation des salaires, de baisse des remboursements en cas de maladie à réduction de la durée d’indemnisation des chômeurs.
Inutile de dire que le sentiment d’impunité de cette nouvelle noblesse est total pour que celle-ci se permette de créer un poste sur mesure mais dont l’utilité pour la collectivité reste à démontrer dans un délai aussi court alors que le comportement de cette personne a choqué l’ensemble du pays.
Inutile de dire qu’en voyant ceci les français pensent que le terme « égalité » dans le triptyque républicain relève de la gageure mais que le terme « fraternité » apparaît là dans toute sa splendeur au sein de nos élites consanguines.
Bref dans l’énarchie bananière qu’est devenue la France, il y a des envies de nuit du 4 août qui gratouillent de plus en plus de français et, si rien n’est fait, ce n’est plus de 1789 et d’abolition des privilèges qu’il sera question mais plus prosaïquement de 1793 et de têtes de nobles tombant en Place de Grève. De 1789 à 1793, il n’y eut que quatre ans. Il va donc falloir agir très vite pour que les envies de jacqueries que le comportement de certains légitimerait ne deviennent pas réalité d’ici peu.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.