Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

Le volcan mondain

Un expert-comptable renommé est convié par la ville à une réception mondaine. Il ne s’est pas senti très bien tout au long de la journée, mais il doit aller à cette soirée importante. Il y aura l’ensemble de ses confrères, des chefs d’entreprises et des responsables politiques ; il ne peut pas manquer ça ! Alors que les serveurs fourmillent parmi la foule de notables, au milieu des rires et des acclamations, le charismatique maire improvise un bref discours de bienvenue. Au même moment, l’expert entre dans la salle et suspend ses affaires, juste à côté d’un pardessus identique au sien. Afin de gérer ses ballonnements devenus importuns, il choisit d’aller saluer toutes ses connaissances, pour comment dire, rester en mouvement. Tout en paradant, il gobe tous les petits fours qui lui sont présentés, dans l’espoir d’éponger les bulles de champagne ennemies qu’il est contraint d’ingurgiter pour trinquer. Une heure plus tard, le ventre tendu comme un tambour, il va à l’extérieur pour provoquer la dépressurisation de sa panse qui n’en finit plus de gronder. Une fois sorti, il enclenche la procédure de libération des gaz, mais se crispe de tous ses muscles quand il sent la matière tenter d’emprunter le même chemin.

« Très mal à l’aise, il va s’excuser auprès du maire »

 Tout en invoquant le seigneur, il se met à marcher vers les toilettes avec la souplesse d’un Playmobil pressé. Mais avant d’avoir eu le temps de refermer la porte, la puissance pour ainsi dire volcanique de son estomac gavé, fait jaillir la lave hors du cratère. Que faire ! Il ôte son sous-vêtement, l’enroule dans du papier hygiénique et vérifie qu’il n’y ait pas eu de débordement. Après s’être arrangé au mieux, il glisse discrètement le caleçon souillé en passant dans une des poches de son manteau. Puis, très mal à l’aise, il va s’excuser auprès du maire d’être souffrant, enfourche son deux-roues et rentre chez lui à toute vitesse. Après une longue douche et une abondante prise de médicaments, il raconte à sa femme les détails de sa mésaventure, lorsqu’il se souvient de son caleçon sali resté dans son pardessus. Il s’apprête à l’enlever avec précaution, mais ne le trouve plus, « il a dû  tomber sur le trajet » dit-il à son épouse ! Elle se met à chercher à son tour et regarde jusqu’à la petite pochette intérieure, où elle découvre un joli porte-cartes de visite. Intriguée elle en sort une et la lit à haute voix « Mr Jaques Legrand, Maire d’Igrgone ». Elle lève les yeux sur son mari et ajoute avec un large sourire, « ah oui là, t’es vraiment dans la merde ! »

 

»


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.