Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

LE SECRET DE LA VIE

Bonjour ! Bonjour ? Oui, c’est à vous que je m’adresse ! Vous qui tenez le journal entre vos mains en ce moment même ! Quand je dis, en ce moment même, je fais allusion à l’instant présent où vous découvrez les mots que j’ai écrits, dans un temps passé pour vous ! Non, je dis cela parce que je pourrais vous parler de mon instant présent, celui où je suis en train de rédiger ce texte pour que vous puissiez le lire, dans un temps futur pour moi ! En fait, je me demande quelle  est cette dimension qui fait de nos deux présents le même moment ? Bon, je vous avoue que je ne comprends pas tout des mystères de la vie, mais cela ne doit pas nous empêcher de les aborder. Par exemple : quel que soit notre profil, riche, pauvre, beau, moche, fort, faible, jeune, vieux, femme ou homme, nos vies sont jonchées de difficultés qui nous semblent parfois injustes. L’angoisse, le stress, la maladie, la solitude ou l’incompréhension tour à tour nous mettent dans l’expectative d’une vie meilleure. En attendant on dirige nos pensées vers des espoirs conditionnels ; ce qui a pour conséquence de figer nos peurs et de nous empêcher de vivre pleinement l’instant présent. En réalité, la question est, comment l’enfant né de l’amour que nous sommes, en est-il arrivé à cet état ?Il est vrai que nos sociétés modernes contribuent largement à altérer notre humanité, en nous abrutissant avec les  codes de la mode, les tranches horaires, les vitesses imposées, les envies conditionnées, la consommation prémâchée, les embouteillages organisés et les catastrophes programmées. Tout cela nous maintient dans une certaine léthargie et nous éloigne de notre nature première. Prenons nos valeurs de base universelles, « le bien et le mal » ! Vous remarquerez qu’il n’y a rien d’aussi différent d’un individu à l’autre. Ce qui est offensant  pour l’un n’est pas si grave pour l’autre et ce qui est essentiel pour l’autre, demeure juste une futilité pour l’un. C’est pourtant sur ces valeurs que nous fondons notre moralité et qu’en découle notre jugement. Je voudrais vous exposer une hypothèse : et si nos chemins de vie étaient indexés sur notre propre estime de soi. Je veux dire, que notre notion personnelle du bien et du mal soit à l’origine de nos réussites et de nos échecs. Le sentiment de culpabilité donnerait naissance à nos remords, qui à leur tour organiseraient nos punitions et maladies. Alors que l’amour de nous-mêmes, la recherche de la vérité, l’accomplissement et l’aide à autrui embelliraient notre image intérieure ; ce qui engendrerait la confiance qui elle-même organiserait notre bonheur et nous maintiendrait en bonne santé.  Je vous sens perplexe ! Mais quand on y pense, le peintre imagine ses œuvres en rêvant, puis peint ses rêves sur des toiles pour qu’elles deviennent réalité. Pourquoi ne pourrions-nous pas faire comme l’artiste et améliorer nos existences à partir de nos désirs profonds! Si l’on prend un peu de recul, en dehors du ciel, des mers et de la terre, toutes les choses que l’on peut voir et toucher autour de nous ont été imaginées, pensées et souhaitées par l’homme, avant d’exister matériellement, n’est-ce pas ?Vous vous dites que tout cela est utopique, vous avez peut-être raison. Moi, je crois qu’il faut s’appliquer à tracer son chemin en se réalisant, car même la haute vague lointaine finit par disparaître sur la plage. Alors pourquoi ne pas imaginer nos vies en rêvant, puis construire nos rêves dans nos vies, c’est peut-être cela le secret de la vie !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.