Alex Lekouid
Alex
Lekouid
L comme Lekouid

Le Saint Clochard

Il était une fois un prédicateur qui parcourait le monde pour répandre la bonne parole et soigner les gens avec sa magie divine. Partout des centaines de gens se bousculaient pour venir voir et entendre celui qui sans doute, avait la solution à leurs problèmes. Les nombreux malades sauvés lors de ses séances, témoignaient de son pourvoir et racontaient leur spectaculaire guérison, en le comparant à Jésus, dans l’acte et la façon. Un véritable show réglé au millimètre, avec musiciens, chorale, effets lumineux, tenue et mise en scène, pour mettre en valeur l’orateur vedette. En réalité, tout cela n’était qu’une supercherie pour gagner de l’argent et les miraculés, des comédiens complices, bien payés pour leur silence. Le pasteur était un homme bon, mais habilement manipulé par une femme d’affaire sans scrupule, dont il était amoureux. C’est elle qui organisait les manifestations, encaissait l’argent et s’occupait de lui, en  le tenant par la seule idée, qu’il faisait du bien aux gens pauvres et malheureux en leur donnant de l’espoir… Un soir, il décide d’aller  marcher seul pour réfléchir à la culpabilité qui le ronge. Au coin d’une rue, il entend gémir et demander de l’aide ; il s’approche en cherchant et trouve un sans abri en pleine crise cardiaque, allongé sur un carton. Il s’accroupit, prend sa main et lui demande ce qu’il peut faire. Au même moment, la croix épinglée sur le revers de son veston se met à scintiller, sûrement un effet hasardeux des lumières ambiantes. L’homme à terre a du mal à parler, il réunit l’énergie qui lui reste et dit : « Aide-moi mon père, je souffre depuis des années mais là je sens que je vais mourir. J’ai peur, montrez-moi le chemin, vous qui savez.» Désemparé, ne sachant plus ce qu’il était capable de réaliser, l’homme au col blanc pose ses mains sur la poitrine du vagabond et dit en se remplissant d’émotion. « Je suis considéré comme un messie, alors que je ne suis qu’un homme faible épris d’une femme vénale. Pourtant mon cœur reste bon et je veux vous aider, mais que puis-je faire à part vous dire la vérité». Puis il se met à pleurer, comme pour se purifier.Après un instant, le sdf se redresse énergiquement et dit, « Je me sens mieux tout d’un coup, ma douleur a disparu, que m’avez-vous fait ? C’est un miracle ! » Le pasteur regarde ses mains puis les lève vers le ciel en remerciant le seigneur, il est transcendé. Le lendemain, devant une salle comble, enthousiaste, il entre en scène : « Je n’ai jamais eu de pouvoir, tout cela n’est qu’une vaste mystification mise sur pied par ma femme. Les guérisons n’ont jamais existé, mais hier soir tout a changé ! ». L’incompréhension et la colère grondent dans la foule qui se met en mouvement.  Les gens commencent à partir en proférant des insultes ; le pasteur  tente de les retenir en parlant de l’homme qu’il a sauvé la veille. Malgré son acharnement à convaincre en multipliant les preuves de sa bonne foi, il finit bientôt seul sous  les projecteurs. Abandonné de tous, sans un sou, le prédicateur erra dans les rues et finit sdf à son tour. Aujourd’hui encore, il passe son temps à réconforter ses semblables avec sa magie, du cœur et dans l’anonymat le plus total. Tous les démunis le connaissent, c’est le Saint Clochard. Cette histoire m’a été racontée par un homme assis par terre, en échange de quelques pièces ; je crois que c’était lui !

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.