Patrick Aubin
Patrick
Aubin
Le contrepoint libéral

Le plan “Fiasco”

La nouvelle présidente de région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées donne une priorité en faveur du BTP et lance un ‘’plan Marshall’’ de 800 millions d’euros pour la seule année 2016 : « Celui-ci portera sur la rénovation des lycées, ainsi que sur les routes, la rénovation des voies ferrées et la construction d’équipements culturels ».

Waouh !!! Ceux qui vivent de marchés publics (dans BTP, ‘’P’’ signifie ‘’publics’’) se frottent les mains. Un peu plus de dépenses publiques et d’endettement public, et hop, le tour est joué. Facile l’économie, non ?

Cet édile régional est plus jeune que son prédécesseur, mais sa logique économique est plus primaire. Le progressisme frappe à nouveau : rajeunir le politicien consiste à rénover l’ancien. Car si nous en sommes là aujourd’hui, avec un chômage conséquent dans cette région, c’est justement parce que la dépense publique y est élevée depuis des lustres.

« Un peu plus de dépenses publiques et d’endettement public »

Oh certes, nous y avons vu la construction de lycées, de routes, de voies ferrées et d’équipements culturels. Mais cette opération ‘’rénovation’’ se traduira encore et toujours par un empilement de dépenses publiques nécessitant de faire appel à de la fiscalité supplémentaire. Ben oui, quitte à amputer des budgets autant amputer ceux du privé qui existent plutôt que ceux du public qui n’existent que parce que les premiers existent. Vous ne pensez pas au scénario inverse quand même ? Quelle misère !

Car ce que tous ces élus, qui prévoient tout, mais surtout rien, ne voient pas, c’est la destruction de la richesse potentielle que leur interventionnisme engendre. Ainsi la spoliation fiscale et sociale réduit votre capacité à consommer et les prétendus investissements publics, non valorisables, se font au détriment des investissements productifs. Constatez que la dépense publique s’accroit plus vite que les ressources de l’économie libre. Mais tout à une fin. Si vous croyez à la redistribution forcée, vous avez le droit d’y croire. N’obligez pas les autres à y croire. Si un doute s’empare de vous, considérez que si Paul sait, que pour s’habiller, l’état force Pierre à se déshabiller, le risque est grand pour que Pierre attende à son tour que Paul soit mieux habillé que lui. Pourquoi Pierre et Paul feraient alors des efforts pour s’habiller puisque, grâce à l’État, Paul peut vivre aux dépens de Pierre qui pense vivre aux dépens de Paul ? L’État ne créant rien, à un moment, Pierre et Paul envisageront le rapiéçage de leurs habits ! Remplacez Pierre par ‘’privé’’ et Paul par ‘’public’’ et la boucle est bouclée ! Misère !

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.